"We make our own adventures !"

Episode 5 : Trans musicale toi même (suite et fin).

Après ces deux parenthèses en forme d’interviews de groupes chouettes, effectuons un petit retour en arrière sur le pourquoi du comment j’ai aimé les Transmusicales pour la première fois :

Vendredi o4 décembre
Je suis allé voir comme prévu La terre tremble !!! à l’Ubu et je dois dire que c’était relativement conceptuel, il faisait une chaleur incroyable (peut être due aux gens qui sautaient en gros trench coat, bien que cela ne constitue qu’une hypothèse) et la musique agressait un peu. Avis aux futurs amateurs naïfs comme moi : les dissonnances ne sont pas occasionnelle comme on peut le croire à la première écoute : les guitares ne sont en fait jamais harmonisées. Donc bon, il y a un moment où j’ai arrêté les frais et je suis parti, même si je dois reconnaître que certains passages étaient très très bons et que le jeu de batterie ressemble à mort aux Dodos (à savoir un style assez percussif qui utilise beaucoup le côté de la caisse claire pour être trop précis) et qu’ils dégagaient une bonne énergie (le karma, les ondes d’énergies positives tout ca).

Donc je suis arrivé alors que le concert de Poor boy avait commencé et au final c’était assez comme je l’avais imaginé, il a fait de très belles choses, des choses assez lyriques dans le style d’Arcade Fire et des choses plus directes. Après il y avait des fois où le contact avec le public n’avait pas l’air simple mais bon c’est peut être tout simplement qu’il n’était pas assez connu.

Ensuite il y avait TV Glory qui jouait et là j’ai commencé à vraiment être content, parce que TV Glory ne sont pas très connus non plus mais ils devraient, ils font vraiment une bonne musique dansante, de l’electro-rock qui me fait très plaisir. Je sautais d’ailleurs partout alors que la salle commençait presque à danser, c’est dire comment j’étais dans mon élément. Ils ont fait Havoc Arise en rappel, donc normal, ça a tout déchiré et le public était déchaîné (y’en a même un qui a levé la main à un moment).

Ensuite je me suis retiré de l’espace-temps pour pouvoir dormir 14h en 1h (ahah. non j’aurais aimé.), en vrai j’ai couru pour aller assister au concert des We Are Enfant Terrible au 29 (ma deuxième maison pendant les Trans, je vous dis). C’était assez mortel, l’electro-punk avec des sons 8-bit, y’a pas à dire c’est vraiment bien. Comme vous l’avez peut être compris j’avais l’interview des Russian Sextoys une demie heure après donc j’ai pas non plus fait de vieux os, je suis allé leur poser des questions bidons et je suis revenu illico pour assister à leur concert. Y’avait une très bonne ambiance et j’ai adoré tout leurs morceaux même s’ils ont eu quelques problèmes avec le batteur/le son. Vous pouvez même d’ailleurs faire vos gros tarés et aller lire la review chroniquée par mes soins sur le site des Bars en Trans et admirer la photo prise par mon non-soin aussi !

Samedi o5 décembre
Après c’était le samedi et ça s’annonçait encore plus fou, avec les West Indies Desire qui sont quand même très très bon (surtout vocalement je dois dire), Music Is Not Fun et Skip The Use pour la dernière soirée des Bars en Trans mais surtout la dernière soirée au 29 (triste).

Les West Indies Desire, j’ai peu de choses à rajouter, des voix vraiment parfaites, un très bon instrumental funk-rock, ces gars iront loin, je le sens. Music Is Not Fun sont déjà assez loin avec leur premier album qui est cool et tout mais sont surtout très sympa à voir en concert. On peut peut-être leur reprocher de forcer trop la dose sur l’Angleterre, parce que bon les amplis Orange, une chanson sur les Essex girls, une autre sur Big Ben, une autre sur Londres, une autre sur la sauce HP, ça fait beaucoup c’est vrai, mais c’est pas moi que ca va déranger, c’est clair. Les refrains catchy à reprendre en choeur qu’ils souhaitent à tout prix dans leurs chansons, c’était plutôt réussi et ca a créé une ambiance vraiment bon enfant, si l’on peut appeler bon enfant un bar frôlant le 50°C avec un mélange bière+sueur qui s’évapore au dessus de la foule (impressionnant d’ailleurs). J’ai pas pu voir Skip The Use, malheureusement parce qu’il paraît selon les dires de Mademoiselle-je-ne-poste-pas-sur-JNSPUF-je-sais-pas-écrire-je-dessine-à-la-place-ah-mais-non-non-plus que c’était un excellent concert et que pour le coup, s’ils ne parviennent pas à se faire connaître avec leur jeu de scène aussi puissant, ça tiendrait du miracle. Moi à la place j’ai vu Darabi. Et c’était nul, genre electro qui sert de musique dans les magasins de fringues, tu sais le concept-store bizarre où y’a trois chaussures en 37 accrochés sur des murs blancs. Oui, bon voilà donc ça, mais en mauvais.

Sinon, dans la vie je suis devenu fan des Kabeedies, je vous en parlerais en long en large et en travers bientôt parce que croyez moi ça vaut le coup, mais en attendant écoutez ces chansons là :
Darabi – Eazy Snippet (parce que quand même c’est drôle quand on y regarde à deux fois)
(Et la review de Franz Ferdinand + John and Jehn + The Cribs arrivera sûrement en épisode caché de cette deuxième saison avant la fin de l’année, donc restez accordés comme on dit au Québec !)