White Winter Hymnal. (Classique)

Puisqu’apparemment l’hiver revient en force, il semble relativement approprié de se réchauffer les mains et les oreilles glacées auprès de tous les trésors que le plus beau pays du monde a à nous offrir. Je veux bien sur parler ce soir de la Suède, pays ô combien célèbre, autant pour ses températures extrêmes que pour ses ritournelles pop, plus anglaises que les Anglais eux même. Pour l’honnêteté intellectuelle, je précise ici que ma sympathie nocturne pour cette chère Nation de l’Etat-Providence n’a absolument aucun lien avec le mythe urbain concernant la plastique des Suédoises.
Pour commencer, on peut atterrir directement en case suédoise sans passer par les Hives, tellement cela serait inapproprié et quasi old-school. Mais quand même, un petit Little More For Little You pour se mettre en jambes, ne me dites pas que vous n’aimez pas ça. (1)
Non, pour vraiment rentrer dans le coeur du sujet, on peut s’intéresser par exemple aux légères compositions quasi-balnéaires de deux grands groupes suédois, respectivement Air France et jj, deux noms aussi mystérieux que leur musique est hypnotisante.
Air France rend un hommage à la Suède et à leur ville d’origine, sur le magnifique Gothenburg Belongs To Us. Air France fera sans nul doute office d’accroche facile avec leur contraste ville d’origine/nom qui ne l’indique pas, type Architecture In Helsinki, I’m From Barcelona ou encore FM Belfast, et on peut espérer qu’ils parviendront ainsi à faire connaître leur easy-listening fluide qui a de beaux jours froids devant lui. (2)
Pour ce qui est de jj, c’est plus compliqué, ils viennent également de Gothenburg, mais ne veulent pas de toute évidence être connus. Ils refusent le myspace, et donnent de toute évidence dans la sobriété et la drogue. Ecstasy vous le prouvera mieux que tout mes mots. (3)
On quitte maintenant la transe psychotrope, et on se tourne vers du plus conventionnel avec le clip très drôle de ces 5 suédoises qui ont le mérite de se faire tirer par un groupe d’hommes apparemment tout à fait soumis. La voix est agréable, l’instrumental appréciable et cela met du baume au coeur comme la pop suédoise sait le faire. Entre courir et danser, on ne sait plus que faire. (4)
Et pour finir, un petit retour en 2007 avec le charmant Loney, Dear, tout simplement parcequ’il est impossible de se lasser de ce petit bijou de mélancolie pop. (5)
Je vous annonce enfin qu’à mon grand plaisir, le fameux train du bonheur qu’est JNSPUF! s’agrandit un peu plus et accueillera sous peu sieur Greenwood pour encore plus de mots et de musiques ! Si vous ne vous sentez pas aussi détendu qu’un chamallow grillé après ces belles chansons et ces sympathiques nouvelles, je ne vous comprend pas.