Et si c’était un veau ?

L’objectif de JNSPUF! étant de compléter son bestiaire pour la fin de l’année, ce nouveau groupe à découvrir vous est introduit sous la forme charmante d’un jeune bovidé.
On le sait depuis bien longtemps, les Québécois sont toujours les plus forts quand il s’agit de nous faire rire en français dans le texte. Et les nouveaux venus de Misteur Valaire ne déroge pas à la règle. 5 beaux et jeunes montréalais qui se présentent à nous vêtus de coiffes qui feraient palir We Are Wolves, il n’en faut pas beaucoup plus pour nous intéresser. Et lorsque la musique qui suit se révèle aussi extravagante, riche et intéressante, je m’enflamme personnellement et crie au génie.
Cela dit, l’ennui du groupe nominal “mélange des genres”, c’est qu’il est beaucoup trop fréquent aujourd’hui pour être pris au sérieux. Un peu comme l’histoire du mec qui criait au loup, en fait. Allez quoi, je suis sûr que vous aussi vous avez eu une enfance heureuse ? Non ? Bon, donc, pour faire simple le mec qui crie au mélange des genres à tous les groupes qu’il rencontre (au pif : moi) finit au final bien embêté quand il tombe sur un groupe de la trempe de Misteur Valaire. Parce qu’effectivement, il y a du fil a retordre pour définir ce groupe qui tord lui même les conventions, passant en éclair d’une intro jazzy avec crépitements vieillis à un break new-wave appuyé par des beats hip-hop. Changements de rythmes et de tempo, Misteur Valaire s’amuse avec des morceaux-labyrinthes, où chaque partie suivante est toujours plus dansante et groovy que la précédente. Ca finit même parfois dans un solo épique à base de trompette.
Ils sont au final assez proche de ce que prophétisait Pitchfork (pour l’horizon 2097, certes) dans la chronique de Jess Harvell à propos de l’album de Battles : une machine hybride, mi-électronique, mi-humaine, 50% samplers, 50% “vrais” instruments, et où “les processeurs et les amplis Marshall marcheraient main dans la main”. Et en vrai, c’est juste complètement incroyable à voir et à écouter.

En plus, et je ne suis pas vraiment certain de ce que j’avance, mais il semblerait bien que certains membres de Misteur Valaire soient également membre de La Patère Rose, un excellent groupe tout aussi décalé qu’on ira voir au festival des Inrocks à Nantes ce week-end, et tout ceci grâce au merveilleux Tea Zine (on vous aime les gars) !

One thought on “Et si c’était un veau ?

  1. nan mais l'autre qui appelle les filles de teazine "les gars" juste pour avoir un commentaire "je ne suis pas un garçon" de leur part … pfff

    (bon sinon en effet grosse tuerie)

Comments are closed.