Melting Pot musical.

Ce soir ce n’est pas un album qui rentrera dans vos tops 2010 parce qu’il date de 2009 et que je ne découvre The Phenomenal Handclap Band que maintenant. Mieux vaut tard que jamais car ce serait vraiment dommage de passer à côté de cette “expérience”.

“Ce truc est complètement fou”, c’est ce qu’on se dit dès la première écoute. Ces huit drôles d’oiseaux américains (auxquels il faut rajouter la participation du bassiste de TV On The Radio Jaleel Bunton ou de musiciens d’Amy Winehouse) tentent de mélanger tous les genres et, ne ménageons pas le suspens, ils y arrivent avec brio. Le plus fort, c’est de réussir à faire un truc aussi bien avec une accumulation de trucs aussi ringards. Parce qu’ils brassent large : rock, electro, funk, disco, blues, world music et j’en passe… Ils prennent tout ça, les mélangent et inventent des pop-songs jouissives. Prenons la première chanson The Journey to Serra Da Estrela (et encore c’est un instrumental), les guitares rock à la Pixies succèdent à une intro atmosphérique, puis arrivent l’inévitable orgue, le son Metronomy voire des sonorités orientalisantes. Ça peut paraître effrayant à première vue, mais il faut écouter pour comprendre et inévitablement apprécier.

Je ne vois pas de chanson faible, elles ont toutes quelque chose, une étincelle, une idée propre. All of the Above et son intro digne d’une série des années 1980, ses rythmes disco, son improbable solo d’harmonica tout ça avec une voix langoureuse qui récite l’alphabet en fond, c’est extra ! 15 to 20 toute aussi hallucinante, une voix s’élève et compte de 5 en 5 jusqu’à 50, tu te sens chanter en même temps, on retrouve un esprit un peu latino à la CSS.

Give it a Rest arrive à marier James Brown et ABBA ! Refrain imparable, guitare funk à souhait, chorale disco… Dans le registre des mariages improbables il y a aussi l’excellente Tears entre rock américain triomphant et sonorités… d’un peu partout : flutes de pan, instruments asiatiques, un véritable melting-pot musical.

The Circle is Broken amène une autre touche bien particulière, plus froide, plus folk, ça pourrait être du Grandaddy ou du Gravenhurst avec une évolution vers un refrain mystique en crescendo, ce qui montre la diversité du registre des américains… Tout comme You’ll Disappear, fulgurance electro-pop, très frais mais toujours avec “ce truc” bien à eux et difficilement identifiable.

Baby, 
une lovesong jazzy noyée sous les saxos et cuivres de toutes sortes et les claviers et chœurs de la superbe Testimony :

The Phenomenal Handclap Band c’est donc une grande claque et si vous les avez ratés en 2009 ne les manquez pas en 2010… J’en parle maintenant non sans une idée derrière la tête, ils passent aux Transmusicales de Rennes dans quelques jours, peut-être qu’on y sera…

Pour finir et en bonus deux lives (de très mauvaise qualité mais c’est juste pour la petite histoire) en duo avec les Franz Ferdinand au cas ou vous seriez encore sceptiques. Avec le final du concert des FF et I Been Born Again des Phenomenal Handclap.

A la revoyure.