Wounded Rhymes

Comme d’habitude, on ne peut pas passer notre vie à écouter des disques (mais on aimerait bien hein pourtant) alors on arrive forcément en retard sur beaucoup de choses. Le nouvel album de la Suédoise Lykke Li est l’exemple même de disque qu’on aurait voulu attendre impatiemment, guetter les moindres leaks (ne serait ce que pour le jeu de mot) histoire de se prendre en pleine tronche un opener digne de ce nom comme on en avait pas entendu depuis beaucoup trop longtemps. Youth Knows No Pain, petite tuerie qui fait vite oublier la dernière chanson que j’avais pu écouter de la demoiselle, l’excellente mais relativement gentille Let It Fall.

On a devant nous avec Wounded Rhymes un album ambitieux, une véritable oeuvre musicale qui est à des années lumières des considérations de genre (et on se sent un peu con à tout vouloir catégoriser du coup), un album qui reflète l’univers désolé mais plein d’espoir de la chanteuse. Sadness is [her] boyfriend, après tout.

Une pop sexuée mais pas nécessairement vulgaire, qui s’amuse avec l’auditeur plus qu’il ne l’aguiche indélicatement, voici pour le côté mystique et sombre de l’album. Un univers assez tribal qui marque les excellentes Get Some, Jerome, Youth Knows No Pain ou Rich Kids Blues et qui n’est pas sans rappeler les autres suédois de The Knife, en version électrique bien évidemment. Toujours est-il que le reste de l’album n’est pas en manque d’excellentes chansons, on sent la chanteuse extrêmement mature dans la composition, avec la capacité de s’approprier la formule couplet/refrain pour en faire pratiquement tout ce qui lui passe par la tête, sans jamais négliger les mélodies qui font le coeur des chansons. Sadness Is a Blessing est particulièrement incroyable pour ça.
Et si l’ambiance des singles est relativement différente de celle de son premier album, on retrouve assez vite ces marques sur des chansons plus lentes qui font honneur à la tradition assez onirique  et quasi littéraire de la chanteuse. Love Out Of Lust ou bien Unrequited Love qui démontre bien l’aisance avec laquelle Lykke Li passe d’une voix soul à un timbre plus enfantin et doux. Là encore la comparaison avec The Knife est assez notoire.
En général, on distingue les albums qui s’écoutent facilement de ceux qui sont faits pour durer. Et bien, j’ai personnellement envie de croire que cet album de Lykke Li est des deux bords.

One thought on “Wounded Rhymes

Comments are closed.