Wu’s dead ?

À croire que je deviens fou… Pour la première fois un 10/10 a fait son apparition dans les pages de JNSPUF! Pas que je sois opposé au principe, si Kid A sortait demain je pense que je pourrais être tenté. Mais ce qui m’inquiète le plus c’est que je suis totalement hermétique à cet album pour ne pas dire rebuté, et qu’en conséquence j’ai surtout peur de passer à côté de quelque chose d’inoubliable. Surtout quand on voit le salut quasi-unanime de la critique autour de la musique de Wu Lyf. Et je ne parle pas ici de tout ce qui tourne autour, ni du fait que ce soit un premier album (il n’empêche Pablo Honey est très mauvais), je suis d’accord avec Cassius sur ce point : je suis faché uniquement avec leur musique et même un élément particulier de celle-ci.

Et encore, je vous épargne mes doutes sur le cas Battles et mon plaidoyer sur le dernier single de Coldplay sinon je me mets à dos toute la blogosphère.
Pour revenir à Wu Lyf, je suis incapable d’écouter plus de trois chansons de suite. Pourtant pas mal de choses devraient me séduire, Dieu sait que je suis attiré par le côté “énergie noire”, par tous ces groupes que l’on surcharge d’oxymore mêlant lumière et obscurité, ayant vigoureusement défendu l’année dernière PVT ou These New Puritans. Mais vraiment là c’est trop, je n’y arrive pas. On reproche souvent un manque de cohérence aux groupes, ici on ne pourra pas opposer ce défaut à Wu Lyf tant ils semblent déjà avoir trouver leur “son”, mais est-il pour autant révolutionnaire ? Et au-delà de cette bande-son, pas déplaisante au final et qui ne mérite à mon sens ni critique, ni éloge enflammé, mon gros problème c’est cette voix… J’avais déjà ressenti ce malaise avec Strawberry Jam des pourtant excellents Animal Collective, on ne peut pas dire que le chanteur chante, car il crie. Pas un peu, pas des cris de rockeur, des cris de douleur, d’arracheur de dents. Je cite l’interview des Inrocks : “Une nuit la police fait une descente dans une église. Des voisins ont entendu des cris inhumains, une agression sauvage sans doute. C’était juste Ellery qui chantait”. J’aurais pu appeler… Ellery a le droit et même le devoir de chanter son désespoir mais pas de crier. Dès les premières secondes d’écoute je me suis dit “pourvu que ce ne soit que l’intro”, mais non, pendant tout l’album ces hurlements. On égorge ce pauvre Ellery pendant 48 minutes. Insupportable et je m’étonne que personne n’en parle, qu’ils fassent la Une de Magicrpm et des Inrocks et qu’on ne retienne qu’un “chant éraflé” sans insister sur ces “hurlements d’écorchés”.

Alors voilà j’ai exorcisé le mal, puis j’ai écouté Deserter’s Songs de Mercury Rev pour me rappeler que la grâce ça existe et que je préfère les gens qui pleurent aux gens qui crient.

À la revoyure.

2 thoughts on “Wu’s dead ?

  1. Merci, mille mercis pour cet article, je ne me sens plus si seule désormais. :)

Comments are closed.