MEGA MYSTERY BAND

Après un premier album très électro et pas totalement convaincant, malgré quelques morceaux summer-dancefloor comme Extraball ou Tonight que tout le monde a entendu, Yuksek prend une nouvelle envergure (en témoigne la pochette !) avec Living on the Edge of Time et peut envisager de devenir le nouveau représentant de la French Touch’ mais côté électro-pop (on reprend vite les mauvaises habitudes…).

En s’éloignant de l’électro pure-et-dure et en lorgnant fortement vers Phoenix et beaucoup moins vers Daft Punk, le Rémois s’aventure du côté “grand public” (en tout cas “un plus grand public”…). Il avait d’ailleurs entretenu le mystère en sortant son single On the Train sous le pseudo “Mega Mystery Band”.

Living on the Edge of Time est un album pour l’été, tout sauf prise de tête, “anti-Battles”, facile à écouter, aux refrains accrocheurs, sans pour autant tomber dans le superficiel ou se heurter au cliché Poney Poney Run Run. Yuksek n’a pas totalement abandonné l’électro (pas de guitares à l’horizon) mais le glissement vers la pop est vraiment perceptible. Il a trouvé le juste équilibre entre ses racines électro et ce réel talent qu’il a pour créer de petites perles pop(ulaires).

Il enchaine les tubes de l’été comme on enfile des perles sur un collier : Always on the Run, On a Train, The Edge (imparable), Miracle… en utilisant ce qui fonctionne toujours et qui a été labellisé French Touch’ : les chorales, les voix enfants (à outrance!) les claviers… même s’il faut remarquer qu’il chante lui-mêmes sur tous les titres. On notera tout de même quelques morceaux moins immédiats mais également très réussis : la balade sans prétention To See You Smile et Say a Word m’ont curieusement fait penser aux TV On the Radio ; alors que les sonorités hip-hop de Dead or Alive apportent un peu de fraicheur après ce déferlement pyrotechnique.

Un album sans morceaux faibles, assez cohérent, qui a choisi sa voie et qui assume sa légèreté avec réussite. Machine à tubes, Yuksek passe le cap du deuxième album avec une certaine réussite.

À la revoyure.