A cause de toi le ciel est comme un dancefloor maléfique.

On commence à fouiller dans les noms de la programmation des Transmusicales, et au premier coup d’œil déjà de chouettes trucs. Plusieurs groupes nous aideront clairement à passer l’hiver.
Déjà Kakkmaddafakka, de la pop norvégienne produite par Erlend Oye, l’excellent monsieur des Whitest Boy Alive & Kings Of Convenience. (mouvements de tête frénétiques de gauche à droite à prévoir).
Ensuite plus étonnant avec Galaxie, qui mélange des guitares énervées à l’américaine et des claviers frénétiques. Avec paroles en français s’il vous plaît. L’album s’appelle Tigre et Diesel, ça résume un peu l’affaire (mouvements de têtes frénétiques d’avant en arrière à prévoir).
On ne sait pas bien si Factory Floor effrayera vraiment le public des Trans (bien rôdé avec le concert de Salem l’an dernier), mais la troupe londonienne parcourt les quelques années qui manquent à The Horrors pour rejoindre Joy Division à Manchester, autant dire que c’est pas du rock de bisounours. L’univers est sombre, très sombre, mais également très fascinant.
A souligner également la présence de l’excellent label Kütu Folk Records, qui présentera The Delano Orchestra, des français très inspirés qui sont les plus proches cousins hexagonaux d’Arcade Fire (oui carrément), ainsi que Hospital Ships & Garciaphone, des artistes clermontois qui valent le détour.
Enfin, parce qu’on vous en a quand même déjà parlé, il paraît important de ne pas oublier Juveniles, et leur pop 80s hors norme (qu’on a chroniqué ) ainsi que Haight Ashbury et SBTRKT, deux très bons artistes chroniqués ici et .