Tous à couvert.

Alors qu’on n’attendait plus que la sortie de leur premier album (prévu pour mars) depuis leur excellent concert aux Transmusicales, le collectif Breton nous offre un nouvel EP en téléchargement gratuit. L’occasion de se donner un petit avant goût de ce qui s’annonce comme une très bonne nouvelle.

Les quatre londoniens seraient-ils les dignes descendants de Foals? La question est vite réglée à l’écoute de The Blanket Rule. Ce sens, que dis-je cet art de la déconstruction ne fait pour moi aucun doute. Sur Ordnance Survey, il n’est question que de beats tronçonnés et réagencés sur des couches de guitares angulaires et de synthés distordus. Le tout bien sur sans négliger ce petit refrain entraînant et plus linéaire qui te restera en tête (ou qui te la fera au moins bouger bêtement de droite à gauche). Une forme d’idéal musical pour les fans de la bande à Yannis comme moi. Mais Breton ne s’arrête pas là.

Le reste de l’EP brasse assez large. Comme toujours chez Breton, on y trouve une grande influence du hip-hop abstrait qui prend parfois la forme de titres ambient (Certain Little Facts ou How Can They Tell dont l’immatérialité et la structure rythmique peuvent évoquer le dernier album de Radiohead), parfois la forme d’un titre très très hybride (l’OVNI techno-electro-hip-hop Sandpaper). Et si certains titres s’avèrent plus faibles que d’autres, cet EP a le mérite de célébrer un brassage de genres qui laisse penser qu’il sera bientôt impossible de catégoriser clairement les ‘influences’ d’un groupe.

En fait si Breton, c’est le futur de la musique, je sens que ça va être vachement dur de faire des chroniques musicales. En attendant, Ordnance Survey je vous la conseille vraiment. (Vous pouvez télécharger l’EP en aimant leur page Facebook, ce qui je trouve s’apparente à de la prostitution nous sommes bien d’accord, mais en même temps c’est comme ça que ça marche aujourd’hui)