C’est kitsch mais c’est bien.

On avait quitté Chairlift il y a quelques années déjà en se marrant devant les silhouettes Apple qui se trémoussaient au rythme de l’architube Bruises pour essayer de te vendre des iPods. On les trouve quelques années plus tard, un membre en moins (une personne humaine veux-je dire) et un deuxième album entre les mains.

Ce bel objet, sobrement intitulé Something est définitivement quelque chose. Quelque chose de nouveau et surprenant même. Là où Does You Inspire You manquait cruellement d’inspiration (oui facile) et se laissait prendre aux pièges des formules creuses et des machines qui tournent à vide, ce nouvel opus ne laisse rien au hasard. Chaque piste est travaillée, réfléchie, mais surtout immédiate. Chose peu surprenante pour les fans des années 80 que sont les New-Yorkais.

Encore de l’electro-pop influencée par les années 80 alors? Oui mais il faut savoir que Chairlift est plus intéressé par les sons vraiment kitsch et peu avouables des années 80 que par les vénérés New Order and co. Ensuite il s’agit d’une excellente electro-pop parfaitement produite, surprenante et portée par des mélodies subtilement ciselées. La voix de Caroline Polachek se révèle superbe. Pas de tubes simplistes, mais seulement des titres inventifs et tordus qui transfigurent les morceaux kitsch en grandes chansons. L’inconvénient, c’est que ça fait parfois vraiment trop cette voix affectée, ces ballades déprimantes et ces nappes de synthé en folie.

A retenir : Sidewalk Safari, Wrong Opinion, Amanaemonesia