Cabos San Lucas : plein d’amour partout.

Trois dates : 7 avril, 16 mai et 2 juin. La première : Jules aka Cabos San Lucas joue à Panoramas #15. La deuxième : rencontre lors de la Nuit Étudiante avec le Club Cheval et Yelle (voir articles/interviews). La troisième : un joli set à l’Ubu avec Budju et Bocal. Ils est même repassé par Brest le 14 juin avec son copain F.E.M pour un B2B. Ensuite, il vous a préparé un podcast spécial JNSPUF, rien que pour vous. Plein d’amour partout.

L’interview est entre-coupée de partout, tout le temps. Imaginez alors que je pose des questions en plein milieu de toutes ces petites réponses.

JNSPUF! : Salut Cabos ! La Pêche ?

Salut salut ! Hey ça va et toi ?

JNSPUF! : Nickel ! Alors dis-moi, ça fait quoi de jouer à la maison avec des artistes comme Yelle DJs, Panteros666, Canblaster et The Magician ?

On se connaît bien ! C’est super cool, il n’y a pas vraiment de stress. Ça fait vraiment plaisir de jouer devant des gens que tu connais plus ou moins tous, avec tes potes. Et puis c’est bien que ça se passe à St Brieuc, ça fait venir des gens, ça leur fait découvrir de la musique.

JNSPUF! : On m’a rapporté que tu venais du blues, tu peux nous expliquer ? Comment tu as fait la transition entre le blues et la musique électronique ?

C’est ça, alors je vais pas te mentir c’est parti de quelque chose de super simple. Je faisais de la guitare et de la basse, tu te retrouves à caler des répés avec des gens et tu as tout un tas de conflits d’égos, artistiques, etc. Au final tu passes presque plus de temps à te demander des trucs inutiles genre quelle date, comment, où, pourquoi, qu’est-ce qu’on va jouer ? plutôt que de vraiment faire de la musique. Je me suis mis à m’intéresser à tout ce qui se faisait tout seul, j’étais un peu frustré de jouer trois lignes de basse. (Arrivée de “Poloche”, si tu te reconnais on t’embrasse, ndlr) Et de fil en aiguille je me retrouve ici. Je me suis dit que c’était pas plus mal que je fasse des tracks sur Ableton et tout ça. D’un autre côté ça fait super longtemps que j’écoute des trucs comme Tangerine Dream : une espèce de vieux truc de synthétiseurs, genre Moog modular où tu fais ton cablage toi-même à la main et je voyais des mecs dans les années 70 qui étaient les premiers à faire ça. Je trouvais ça tellement ouf et j’ai essayé de refaire ça petit à petit. J’écoutais beaucoup d’ambient aussi, ensuite j’ai commencé à faire des DJ sets, à jouer de la techno et de la house et ça s’est fait comme ça !

JNSPUF! : Tu as dû te procurer pas mal de matériel ?

Pas tant que ça en réalité. J’ai eu un Mac !

JNSPUF! : Comment est-ce que tu élabores tes tracks ?

Au début je me prenais vachement la tête, j’avais une vraie recherche artistique (chiante) derrière. Sans te mentir, tu te tortures le cerveau et tu réfléchis plus que tu ne fais de la musique. Donc je me retrouve avec une base, puis je l’oriente de telle ou telle façon. C’est super spontané, je me pose pas de question. Pour ce qui est de l’univers artistique t’as pas besoin de te poser de questions parce que tu acquiers des méthodes, moi j’ai acquis des méthodes qui font que je fais tous mes tracks plus ou moins de la même façon, au final ton univers artistique il se crée tout seul, c’est toi. J’ai envie de faire un truc, je le fais et après je vois comment ça se passe.

JNSPUF! : Pour tes mixtapes ça se passe de la même manière ?

Les mixtapes c’est différent vu que je joue plutôt les tracks des autres, donc j’essaye de rester cohérent un minimum, et d’avoir un peu de relief dans la tracklist. c’est un peu un résumé de ce que j’écoute en ce moment, et de ce que je trouve cool dans la dance music.

JNSPUF! : Prochainement tu comptes travailler sur quoi ?

Je fais partie d’un collectif qui s’appelle Social Afterwork, donc l’avenir c’est avec eux pour le moment ! Avec Quentin Schneider, F.E.M, ou Djoh Dillinger. Quentin qui sera à Astro d’ailleurs, il est super bon et si je bosse sur des tracks ce sera via eux pour l’instant. Sinon j’ai un projet deep house qui commence tout juste, on verra ce que ça donne !
On prend notre temps, je reviens ! (Il part et dit à Cliona de répondre à la prochaine question).
Sinon j’ai un projet deep house qui commence tout juste, on verra ce que ça donne !

JNSPUF! : Tu as envie de travailler avec quelles autres personnes ?

Cliona : J’ai pas le droit de le dire, c’est secret défense ! À part Johnny Halliday.

JNSPUF ! : Des lives de prévus ?

(Retour du principal intéressé au bout de quelques minutes) Oui ! Je vais faire pas mal de trucs sur Quimper, à Bars’n’Breizh à l’Ubu, à Brest pour une asso caritative, je vais à la Villette Enchantée à Paris, à Saint-brieuc, ensuite je pars à Berlin j’aurai sûrement des trucs là-bas (j’espère) et fin Juillet/Août peut-être Barcelone !

JNSPUF! : Tu aurais un truc à nous faire écouter ?

Ok ! (Il prend mon dictaphone en main) Écoutez le Brian Jonestown Massacre !

JNSPUF! : Tu viens les voir à Rennes avec nous ?

Mais oui, mais oui ! C’est le plus grand groupe du monde point barre. Tu peux prendre des bières si tu veux.