Les Foves entre la Serbie et les culottes sales.

Le garage n’est pas mort, n’en déplaise à certains. On va faire un écart. Ici pas de hype, pas de péteux, encore moins de chiqué et aucun artifice : les Foves tapent et tapent fort. Le groupe de la région de Brest a déjà fait ses preuves sur scène auprès des Animals (oui, House Of The Rising Sun c’est eux), The Jim Jones Revue, WhoMadeWho, Nasser, DeWolff. Des concerts en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, dans l’antre de Lemmy Killmeister et autant d’anecdotes. “Get A Ride With… The Foves“, un EP aujourd’hui épuisé a vu le jour en 2010 et beaucoup de morceaux sont en préparation (croyez-moi, ce qui va arriver est chouette). On oublie la pop, l’électronique et on revient aux guitares saignantes des 60’s : rencontre dans un bar assez drôle.

 JNSPUF! : Hello bonjour les Foves, alors pour commencer mettez-vous dans la peau des autres membres du groupe et décrivez-vous. 

Mathieu : Hello, bon déjà on n’est que trois, au lieu de cinq. Alors je suis Mickaël, je fais de la basse au sein des Foves, que dire sur moi ? J’aime bien jouer de la basse, j’aime pas trop sortir je suis assez casanier comme personnage. Plutôt célibataire endurci, et je pense que je prends beaucoup de plaisir à jouer dans ce groupe. Et j’ai des gros sourcils.

Mickaël : Ouais, c’est ça.

Djab : Je suis Mathieu, j’aime les guitare et aller au bistrot, j’ai du mal à toper des zouzes et je suis un peu efféminé !

Mathieu : T’es un gros menteur.

Mickaël : Je m’appelle Djab, je fais du tambourin dans les Foves, j’ai un peu honte, souvent. Je traîne au Bar du Loup avec Mathieu, celui qui fait de la guitare et qui est éfféminé. Je suis passionné par Anne-Laure ici présente. Je vois quand j’ai pas mes lunettes, quoique même avec parce que je bois.

Mathieu : On présentera pas Sam parce qu’il nous a quitté, on avait un saxophoniste. Un vrai boute-en-train, peut-être un peu trop d’ailleurs.

Djab : Sinon je suis Loulou, batteur qui aime les Pasta Box et le Stade Brestois. J’aime bien l’anglais et les bassistes aussi.

Mathieu : Sinon après il y a Hugo, qui est chanteur, organiste et accessoirement guitariste dans le groupe, il aime bien… manger. Les compagnies aériennes aussi (arrivée d’un bonhomme qui au final va donner un billet de 50€ à Mathieu). Et voilà je viens de me faire offrir 50€ pour ma beauté (interlude de 5min avec les chers clients du bar). Et donc Hugo il est organiste et dégarni, voilà !

JNSPUF! : Ahah, The Foves comme nom de groupe, c’est parce que vous êtes des méchants ?

Mathieu : C’est un peu ça ! Ouais des gros méchants avec (censuré pour le bien du monde, ndlr), ouais c’est une référence aux fauves, on a fait une contraction (rires) du “au” en “o” pour que ça sonne anglosaxon. On est plutôt petits minets que gros tigres.

Mickaël : C’est aussi parce qu’on puait en sortant de répé.

Djab : Je m’en souviens pas.

JNSPUF! : Comment se passe la composition des morceaux ?

Mathieu : C’est souvent Hugo et moi qui avons une idée qu’on propose en répé. Ça peut arriver qu’on arrive avec un morceau tout fait, ensuite le groupe apporte sa touche dessus donc il y a forcément des modifications.

JNSPUF! : Vous avez déjà sorti un EP, Get A Ride With… The Foves, et il semblerait qu’une suite se prépare. Vu le contexte actuel, c’est pas risqué de sortir un disque en physique ? 

Mathieu :  Non non pas du tout, de toute façon on est pas dans la recherche de la vente astronomique, ça va rester une autoproduction. Après il faut voir si on va bosser avec des labels. On reste à la taille de ce qu’on veut faire, on le diffuse où on veut, comme on veut. Le premier EP était sorti à 500 exemplaire, peut-être qu’on partira sur le même procédé à moins de trouver un label. Après ce ne sont “que” 500 copies, si ça se vend pas tant pis et si on en vend davantage on multiplie les copies. Le risque n’est pas vraiment important. Ce sera un véritable album cette fois-ci, un 12/13 titres ce serait bien.

JNSPUF! : Vous êtes un groupe de scène, vous avez des rituels avant d’y monter ? 

Mathieu : La dernière fois il fallait qu’on se touche les fesses, on trouve une lubie sur le moment je crois. À un moment je sortais des culottes sales pour me détendre. Djab prenait quelques petites bouffées au passage !

Djab : Sinon on se check !

Mathieu : Mick il râle tout le temps sinon : “fais chier je vais être fatigué pour rentrer”.

JNSPUF! : Les Foves en live c’est plus d’une centaine de dates à travers la France et l’Europe, quels sont vos meilleurs souvenirs ? Et les pires ?

Mickaël : Carantec.

Mathieu : Carantec ouais c’était la pire. Un ingénieur qui faisait rien, pas de matériel sur place…

Mickaël : Il mangeait des chips.

Mathieu : … Et on se rappelle qu’Hugo s’était barré de scène en plein milieu du concert tellement ça l’avait énervé. Un très mauvais souvenir, même si les gens ont cru que ça faisait partie du spectacle (rires). Une mise à mort. Les meilleurs ensuite il y a eu tous ceux qui ont suivi la sortie du premier EP, passant par la Belgique et les Pays-Bas. Gros souvenir au White Trash Fastfood à Berlin aussi. On est plus à l’aise dans des pubs où on est très serrés, on est meilleurs là que sur les grandes scènes, l’énergie est concentrée.

JNSPUF! : On a vu une info sur une fête de la musique à l’étranger ? 

Mickaël : Ouais c’est bon, on arrive juste pas à payer les billets d’avion mais il y a Djokovic.

Djab : Sinon c’est cool ! Les présidentielles ça va pas fort là-bas.

Mathieu : On s’envolerait pour la Serbie, on y jouera pour la fête de la musique. On sait pas du tout où on va en fait.

JNSPUF! : Des anecdotes marquantes avec des groupes connus ?

Mathieu : Moi j’ai eu la chance avec les Foves de faire la première partie d’un de mes groupes préféres, les Animals. Ça restera une belle date. Les Jim Jones Revue on a bien rigolé aussi, et les Blue Van pour Hugo.

Djab : J’ai mis ma main sur le sexe de Jim Jones !

Mathieu : Après on a eu la chance de jouer avec Revolver et Eiffel (rires).

Mickaël : Hocus Pocus, ça c’était cool.

JNSPUF! : Quel le meilleur concert que vous ayez vu jusqu’à présent ?

Djab : Le premier Jim Jones aux Charrues. Eddy Mitchell aussi c’était bien.

Mathieu : Même si le show était pas génial, je dirais les Stooges aux Vieilles Charrues aussi. J’ai assouvi un fantasme.

Mickaël : Nashville Pussy, Heavy Trash aussi. Eve Angeli c’était pas mal.

JNSPUF! : Alors comme ça l’un de vous a une passion pour Rihanna (cf. le morceau ‘Rihanna Loves Djab’ ndlr) ?

Djab : Elle me plaît, je suis amoureux j’ai une passion pour elle.

Mathieu : Il était amoureux d’elle on a voulu lui écrire une chanson.

JNSPUF! : On va terminer sur un truc bidon, c’est quoi le truc le plus pourri que vous écoutez ?

Mathieu : J’aime bien J-Lo et Pitbull sur la reprise de La Lambada, c’est mon truc du moment.

Djab : Demis Roussos.

Mickaël : Moi le duo Eminem – Rihanna.

Mathieu : Mais c’est pas pourri du tout ça !

Mickaël : Ah non moi j’adore, I Love The Way You Lie. Mais c’est censé être pourri non ? Je me sens un peu cochon en écoutant ça. Richard Cocciante, Coup De Soleil.