QuiFaisaitQui

C’est Danois, un peu barré, globalement assez moche, mais c’est très catchy et souvent bien plus élaboré qu’on pourrait le croire. C’est Brighter, le quatrième album de WhoMadeWho (on connait pas les autres alors on commence à quatre) et ils nous demandent d’écouter notre coeur beat beat beat dès les premières mesures.

 Parfois on écoute énormément un album sans trop savoir pourquoi car objectivement il n’a rien de révolutionnaire. Brighter rentre bien dans cette catégorie, on ne peut pas s’arrêter de l’écouter encore encore et encore. Pour exorciser le mal je me suis dit qu’il fallait en parler, un peu comme on chanterait une chanson pour se la sortir de la tête. WhoMadeWho a eu un instant de gloire, à Benicassim quand ils ont du remplacer au pied levé les Klaxons en 2007. Ils ont des copains cool comme Hot Chip (chronique à venir) mais surtout ils s’évertuent à créer une dance indigestivement brillante.

Un album très addictif donc, totalement délirant, emphatique et grandiloquent au possible, particulièrement réussi quand les Scandinaves décident de partir dans une démesure excessive. Power-pop, électro, techno, funk, ils prennent, du moment que les boîtes à rythmes et les claviers peuvent s’y confronter. Entre voix robotiques/blanche/caverneuses, production douteuse à souhait et envolées épico-ringardes, on dégage quelques tubes dancefloor (Inside World, The Divorce) et trois derniers morceaux à la sobriété bienvenue, aux mélodies évolutives, menaçantes.