Le final I’m from Rennes : on va marcher sur Paris

Les Trans Musicales ne sont pas tout ici. Deux ou trois jours, il fallait bien ça pour nous remettre (c’est un grand mot, on a toujours un peu de mal à dormir) de la semaine I’m from Rennes. Des concerts et des évènements de partout dans la ville pendant une petite semaine. Les toujours très doués Mermonte auront donné le coup d’envoi lundi dernier au Oan’s Pub, fief annoncé du festival. Nous, cette fois on va vous parler du gros final de vendredi à La Cité, le feu d’artifice sonore qu’on s’est ramassé dans la gueule. The Popopopops, Wankin’ Noodles, Manceau, Juveniles, Success, O Safari et les autres : que la fête commence.

Des groupes mais avant tout des amis réunis sous une même bannière Rennaise, fiers de ce qu’ils accomplissent et bien décidés à prouver au monde entier qu’ils n’ont rien à envier à personne, qu’ils existent. Au delà de la musique, qui encore une fois était remarquable, c’est l’ambiance qui nous prend : tout le monde se connait ici, et tout ce monde est accueillant, on croise les musiciens et on discute avec eux autour d’un verre ou d’une crêpe. C’est sincèrement un immense plaisir de faire une soirée avec tous ces groupes qu’on voyait dans les bars de la ville, vous êtes devenus très grands. L’art de tout déchirer dans une ambiance bon enfant. Maintenant, nous pointons la scène Nantaise du doigt : chers Von Pariahs, Pegase, Équateur, Pillow Pilots et ceux qu’on oublie, comme nous le sous-entendait Régis des Wankin’ Noodles… prêts à relever le défi pour un I’m from Nantes ?

Manceau

La soirée commence doucement. Pas si doucement que ça en réalité : les Manceau entament leur set vers 19h30, heure à laquelle normalement les salles sont entièrement vides, heure des premières parties dont le public n’a généralement pas grand chose à faire. Pas de différence à I’m from Rennes, il fallait bien que l’un des groupes passe en premier, voilà tout. Les Manceau sont pop, c’est le terme général qu’on peut utiliser je crois, les guitares me suprennent par leur violence aigue et ça groove. Un duo surprise avec le très bon Florian Mona enjouera les passionnés des premiers rangs avec un joli morceau en français, Le largeFull time job reste visiblement toujours le morceau chouchou du public, c’est vraiment bien joué les gars, on en reprendra bien un petit peu, About it cloture le set.

Juveniles

20h50 : la salle se remplit sérieusement, des bouteilles de Jack Daniel’s font leur apparition et les claviers finissent de s’installer sur la scène. Le concert commence et déjà l’atmosphère si particulière et singulière des Juveniles se fait sentir. Certains y entendent du Depeche Mode ou du New Order mais ce qu’ont écoute ce soir est bel et bien du Juveniles. Les lumières sont maitrisées, le son est propre. Je crois que quelques nouveaux morceaux sont joués, sans doute l’un d’entre eux devrait peut-être se nommer All I ever wanted was your love et redouble d’efficacité. Une jolie ballade suivra We are young et les pirouettes de Christophe (basse, machines) manqueront de lui faire faire un plongeon sur les barrières. Les sourires sont marqués sur les visages, l’effet Juveniles opère toujours. Alors, lorsque les O Safari débarquent sur scène pour épauler leurs copains pour une chanson : La fille et le garçon. Ils nous rappellent qu’on fait bien d’être impatients d’écouter leur prochain EP, le temps leur a manqué pour se joindre à l’affiche de cette soirée. Dites, ils étaient pas un peu émus les Juveniles ce soir ?

The Popopopops

Peut-être que quand on aime un groupe à JNSPUF! on le montre un peu trop peu, peut-être mais qu’importe. Qui d’autre arrive à se mettre le public dans la poche en 20 secondes ? Peu de gens, croyez-moi. “Est-ce qu’on est une famille Rennes ?!” Les Pops sont hargneux ce soir, bien décidés à clouer tout le monde et prouver que Rennes est désormais la ville à connaître pour ce qui est de la bonne musique. Victor (chant, claviers) pète le feu ce soir, le public ne sera pas laissé tranquille. Il fait trop chaud, on en peut plus mais qu’est-ce que c’est génial de voir que les Popopopops sont désormais grands et que tant de gens les soutiennent, prêts à dégainer un album, le leur, enfin. Les morceaux se suivent, se réinventent parfois comme Text me call me sur lequel Simon (basse, guitare, chant) nous montrerait presque des talents de rappeur. Nous n’oserons pas parler de Dance tonight, preuve même que le public suit les Pops depuis des années maintenant. Du nouveau ici aussi, j’espère ne pas écorcher le titre (et si je le fais, les principaux intéressés seront bien à même de me gronder !) mais Pure est très prometteur. Victor criera au public de se réveiller et d’être fier de ce qui arrive, JS des Juveniles foulera la scène avec eux pour une reprise endiablée de Break on through (to the other side) des Doors, on s’en remet pas. Tout le monde dans la place fait popopopop ! (photo © Le Mensuel)

Wankin’ Noodles

Jésus. C’est humain une ambiance comme ça ? Je crois que trois ans sont passés depuis le passage des Wankin’ Noodles à Panoramas, JS en faisait toujours partie. Bon, Ils sont encore plus timbrés. Régis (chant) saute partout et taquine les gens qui prennent le risque de mourir dans la fosse, tellement l’ambiance est dingue. James Eleganz de Success les rejoint pour un morceau d’anthologie. Bon là pour ce qui est de penser au calme et à la douceur vous pouvez aller voir ailleurs, The Plot entame le live collé de près par l’hymne Wankers off the social club : c’est furieux. On sent la concurrence avec la capitale mais surtout on sent la gratitude envers le public. Notre frontman déjanté nous citera 20 groupes et les chiffres : il y a plus ou moins 200 groupes de musique en activité recensés à Rennes actuellement. Qui a osé dire qu’on se reposait depuis Marquis de Sade et Daho ?  Régis l’a si bien dit : “À Paris, il aura fallu un demi set des Wankin’ Noodles pour que le public bouge ses fesses, ici dès les premières notes c’est fou”. On va marcher sur Paris.

Success

Malheureusement les aléas sont ce qu’ils sont et nous ne verrons pas vraiment Success. Les gars, promis ce n’est que partie remise. Le chanteur James nous aura bien secoué avec les Wankin’ Noodles, comment ne pas en vouloir davantage ? Soutenez cette magnifique scène Rennaise, allez les voir en concert, achetez leurs disques, dansez, dansez. Vous ne serez pas déçus, vous avez la parole de JNSPUF! et ça c’est quelque chose. Nous voudrions ajouter que nous sommes heureux de ce qu’il se passe ici et maintenant, très fiers de vous tous, musiciens et spectateurs. On est tous là et on a la fierté de le dire : We’re from Rennes.