Wankin’ Noodles VS. Social Club

You’re not rock’n’roll, it’s just babydolls. Les Wankin’ Noodles sont déjantés et bien décidés à en découdre avec… tout le monde. Des années qu’ils s’amusent à fouler des scène partout en France, de Panoramas aux Eurockéennes de Belfort en passant par les Trans. Ces branleurs magnifiques au nom poétique, ils ont gagné leur réputation sur scène, comme les autres groupes rennais. Avant, il n’y avait pas d’album, pas de Tu dormiras seule ce soir, pas d’Amour dans le noir mais déjà un peu de Wankers Off The Social Club. Oui, celle-ci sera difficile à oublier.

Parlons-en du live. La dernière date à I’m from Rennes était bien représentative : c’est tout ou rien. Ces mecs ont ça dans les veines, Régis saute partout et gronde le public du haut de son SM-57, ce sont des showmen. Romain à la batterie tambourine comme une brute, il y a des déluges de riffs et la basse permet de sauter partout. Au début je n’étais pas convaincu par les Noodles, j’adorais ce côté timbré qui m’avait accroché 3 ans années auparavant et puis je m’en suis lassé. Les Wankin’ Noodles, de gros bourrins dénués de subtilité ? Non, la sentence est tombée : des fous furieux qui envoient des riffs exacerbés à tout-va et qui sont, oui on l’affirme, drôles.

L’album est arrivé il y a peu, et puis on ne vous en avait jamais parlé. Tu dormiras seule ce soir est donc le constat de quelques années de travail, d’un changement de line-up (JS le guitariste étant parti pour se consacrer aux Juveniles), de dizaines de concerts remplis de sueur et peut-être d’un peu de sang disséminé dans les pogos. Un disque, 11 titres dont un pour Beth Ditto à l’heure où Gossip vient jouer à Rennes, on ira prendre un verre avec eux dites ? Dès le début ce sont 4 morceaux d’anthologie qui sont alignés : Tu dormiras seule ce soir, Paris, Wankers off the Social Club et The Plot. Pour faire un raccourci un peu débile, deux nouveaux et deux anciens. Des paroles acides et provocatrices sans méchanceté contre Paris ou les filles qui ennuient les garçons. Les autres morceaux ont aussi été chouchoutés par nos branleurs : Little Minotaur ou Would you like to dance sont autant de bombes live et l’entiereté du disque est plutôt bien produite. C’est l’hiver et les rues sont congelées, alors tu peux danser là-dessus et prendre des douches endiablées avec eux (ou avec leur album, du moins). Il se trouve que je n’aime pas trop la pochette, un détail assez peu important au final. À la prochaine les garçons, après tout moi aussi je suis un branleur.