Après la french touch, la french pop ?

Manifeste en forme de compilation, l’album Education Française Vol.1 vient de paraître et fait la part belle à notre West Coast à nous. A l’intérieur, de jeunes gens modernes profitent du français pour nous parler de tout recommencer à Jersey ou de surfer à Biarritz.

On ne peut qu’approuver le souhait de réunir sur un seul et même CD la crème de la crème (en français dans le texte) de la pop made in France. A bien y réfléchir, si on avait voulu faire de même, notre compilation n’aurait pas été bien différente. Education Française sonne pop gentille à marinière et on imagine déjà le programme : choeurs en sucre, mélodies mignonnes, guitares légères et titres plutôt inoffensifs. Singtank, Concrete Knives, Granville et Saint-Michel confirment la règle d’une très belle façon mais d’autres titres font l’exception.

Certains sont déjà connus et reconnus, comme The Shoes, The Bewitched Hands, The Popopopops, Juveniles, éternelles et fantastiques figures de proue de la scène rémoise et rennaise dont on ne saurait que trop vous recommander la musique (ici et par exemple). D’autres groupes que nous défendons ardemment sont également présents, comme les Hyphen Hyphen ou les Von Pariahs.

Pour la capitale, on pourra se passer des minauderies de Lou Doillon et des titres de Séverin et Damien, pas franchement convaincants.

Pour les classiques, on retiendra le post-punk lumineux des sus-mentionnés Von Pariahs, le titre très hip-rock R’n’R des Popopopops, l’inusable tube surf-pop Sur La Planche de La Femme, le lyrisme touchant de Pégase, et la pop à la ferveur religieuse (et un poil mégalo) de Woodkid sur Brooklyn.

Pour les découvertes, il serait dommage de passer à côté des délires tropicaux-chillwave d’Equateur et de la new wave à la cool de Bengale, aux paroles RATP-approved.

Après la french touch, la french pop ?