Shibui & mix d’enfance des Broken Orchestra

Alors que les Trans envoient toutes les mixtapes possibles, nous continuons notre petit chemin en vous en passant de temps à autre, d’artistes qu’on aime bien. Les Broken Orchestra sont de ceux-là. On va faire un coup double : voici la chronique de leur nouvel album Shibui et le mix qu’ils nous ont préparé en fouillant tous leurs vieux disques sans même avoir à les convaincre. Deux enfants qui se sont amusés le temps de quelques heures.

C’est un univers d’enfant avec des esprits d’adulte, ce à quoi nous assistons. L’intro le montre bien, le disque le confirme amplement. Je le décrirais difficilement, il y a du travail là-dessous. Les invités sont nombreux et les genres se mêlent habilement, ce n’est jamais trop, jamais ce mélange de genres super hasardeux auquel on assiste souvent, avec des pertes considérables de personnalité. Certains titres s’accomodent des saisons et nous feraient presque penser à ces vieux films anglais qu’on déteste aimer : To a place (ft. Anna Stott) ou Over and over (ft. Natalie Gardiner), entre autres.

l’outro éponyme, Shibui est aussi cool que son nom – je n’ai d’ailleurs aucune idée d’où ça peut venir, une belle évolution de l’intro, passage de l’enfance à l’adulte peut-être ? Ces notes de guitare étouffée en son clair sont géniales, si c’est une Telecaster c’est très fort et j’applaudis des deux mains. Voici ce qu’ils nous ont préparé, ils m’ont dit avoir trouvé ça fun de rechercher tous ces vieux morceaux, écoutez le résultat. On se dit à très vite petit Orchestre.