Aline : interview pop mais pas trop’

JNSPUF! est quasi tout entier sur le retour des Trans et on ne vous cachera pas que c’est difficile pour tout le monde : autant physiquement que moralement. C’est triste quand ça se termine. Aline, vous connaissez non ? Je bois et puis je danse ? Ils nous ont posté leur album à venir début 2013 et ils faisaient bonne figure dans la grille des Bars en Trans, on a mis un peu de temps à réussir à l’écouter mais le temps est venu d’en parler.

Une belle intro entame le disque, Regarde le ciel qu’il s’appelle et la jolie introduction se prénomme Les copains. C’est assez suprenant, moi qui m’attendais à de la très gentille pop en français je tombe sur un instrumental bien trouvé. Maudit Garçon amène les paroles sur un plateau, encore une fois les clichés sont évités, la guitare sonne bien après m’être mangé dans les oreilles les distortions bien trop inaudibles et impersonnelles d’un live d’Hot Panda. Le petit mouvement de basse groovy du morceau qui le suit nous fait nous dire que ce disque va nous plaire. J’avouerais que je ne pourrais plus aimer un seul disque de pop gentille normale de plus, mais Aline s’en sort à coup de petites originalités même si on aimerait sans doute voir plus de risques et être réellement surpris. O Safari par exemple, ce n’est pas comparable mais c’est surprenant. Ils s’appelaientt Young Michelin avant, ce morceau a un peu changé depuis, le lead envoie quatre fois plus :

Même si j’emets des réserves de lendemain de Trans en forme d’hangover avec un petit esprit taquin, ce disque est un bon album. Aline dilue une jolie personnalité qui gagnera encore à devenir plus grosse et imposante, les instruments sonnent et parfois les paroles sont rigolotes (sur Elle et moi, oui j’ai trouvé ça drôle). Je pourrais reprocher à la pop d’avoir des guitares un petit peu en arrière, c’est ici le cas sur quelques titres et on perd un peu en vigueur (Voleur), mais on ne peut qu’aimer des morceaux comme Regarde le ciel. Aline nous a sorti un très bon démarrage qu’on ne peut qu’apprécier après être passé par des albums français peu personnels au final (Baden Baden par exemple, malgré un superbe live acoustique à La Radio Libre). À suivre, à voir, à écouter, à écouter, à écouter. Oh, Romain, chanteur guitariste du groupe à répondu à quelques questions pour nous :

Donc, Aline n’est pas une fille ? Comme nous ?

Aline est une vilaine ou une jolie fille, on sait pas trop. En tout cas, Aline n’est pas une pipe.

L’album est assez léger et limpide, il a été difficile à créer ? 

Cet album a été assez facile à écrire, parce que je savais où je voulais en venir : j’en avais gros sur le coeur et il fallait que ça sorte. Tout ça fut très spontané, fulgurant et libérateur. Le plus pénible a été tout ce qui s’est passé à coté, le changement de nom, les tergiversations des maisons de disques, les tracas de la vie quotidienne, la dureté de nos vies pendant les trois années qui ont séparé la genèse du projet de la sortie de l’album.

Vous vouliez envoyer le bois avec l’intro et l’outro (Les copains) ? 

L’album s’ouvre et se termine par le même morceau, l’outro en est sa relecture par la géniale Anne Laplantine. C’est le titre grâce auquel tout à commencé. Un titre talisman. Il fait office ici de générique, cet album a un début et une fin. Symboliquement c’était très important pour nous pour pouvoir passer à la suite.

Votre souvenir des Bars en Trans ? On a raté votre concert… tu as une petite anecdote à nous raconter ?

Une folle journée pour Aline. Une séance photo avec Richard Dumas, un live à France Bleu Armorique, un autre complètement improbable dans un lavomatic, des interviews à la chaîne, nos balances, le concert et encore des interviews. On a une très bonne anecdote, une des meilleurs de l’histoire d’Aline d’ailleurs, je ne peux malheureusement  pas la dévoiler ici… Elle concerne notre batteur Vincent et l’after à l’espace pro. Posez lui la question… En tout cas nous on va en rigoler encore longtemps… euh sinon le concert fut très bien, “La place était bondée”.

Vous passerez prendre un café à la maison quand vous reviendrez à Rennes ? On prépare de bons disques. 

Avec grand plaisir ! Mais tu évites le café soluble (rires) !