La pop mille-feuilles de Gomina

Avant de dévoiler notre bilan de 2012. On a interviewé un groupe qu’on adore depuis quelques mois. Gomina est l’une de nos révélations françaises de l’année. Ils nous parlent de leur rapport au live, de la réédition prochaine de Into the Sunny Gray, de leur esthétique visuelle, de 2012 et 2013…

JNSPUF! : Quand et comment le projet Gomina a-t-il démarré?  Parce que vous ne semblez pas de la même génération que les ptits jeunots de Caen: vous avez de la vraie barbe!

Le projet a démarré au début de 2010. On a commencé par faire des bœufs avec Peter (claviers, chœurs) alors qu’on avait un autre projet musical avec 3 membres de Gomina. Il y a des groupes assez jeunes sur Caen, mais également pas mal de groupes “d’un certain âge” (rires) comme nous(?), Gablé, All Cannibals, Kim Novak, JC Fashion Barbe pour ne citer qu’eux. Il n’est finalement pas question de génération dans la musique, on propose tous ce que l’on sait faire.

JNSPUF! : D’ailleurs vous êtes proches des autres membres de cette fameuse “nouvelle scène caennaise”? Goldwave nous disait il y a peu qu’ils vous prenaient un peu en exemple!

Nous prendre en exemple ? Entre nous, ils feraient mieux d’éviter (rires). Plus sérieusement, on connaît bien Goldwave et on apprécie leurs morceaux. Avec les autres groupes caennais on se croise et l’on se fréquente avec certains.

JNSPUF! : Sans faire le coup des influences, je me disais après vos concerts que vous étiez un peu à la croisée de Tame impala et Animal collective…  Psychédélique et expérimental à la fois?

Tame impala & Animal collective ne sont pas des références directes même si l’on doit, j’imagine, partager certaines influences. Quand on nous parle de psychédélisme et de musique expérimentale, on pense d’abord à plein de groupes mais pas forcément à ces deux-là. On considère plus notre musique comme une base Pop sur laquelle viennent se superposer différentes couches.

JNSPUF! : Mais en même temps je vous trouve un côté très “pop”?

On assume complètement cela, c’est même une volonté de notre part de faire des pop songs.

JNSPUF! : Deux détails: le batteur-chanteur et l’absence de guitare!

Nicolas (Batterie/Chant) : J’étais guitariste improvisé dans notre ancien groupe, mais je voulais reprendre la batterie, quitte à devenir batteur/chanteur. Quand on a commencé le groupe, je me suis mis à la batterie et j’ai chanté, naturellement. J’ai quand même gardé toutes mes pédales de gratte pour la voix en live, une sorte de souvenir.

JNSPUF! : J’ai été assez étonné de la différence de son entre votre EP et le live. Je vous ai trouvé beaucoup plus fous, tous les sons beaucoup plus exacerbés, moins lisses. Je me trompe?

Non, tu as raison, le live est pour nous un moment particulier – voire privilégié – avec ceux qui viennent nous voir. C’est différent d’un album où l’on calcule plus, où l’on peut poser les choses, où l’on bricole. En live, on a vraiment le souci de jouer toutes les notes et de prendre des risques, quitte à se planter: c’est ce qui crée le frisson et rend le moment unique. C’est donc normal que notre musique soit moins lisse, plus rock et plus relâchée en live.

JNSPUF! : On retrouvera cet esprit plus “sauvage” sur l’album? Il sort en janvier 2013 c’est ça?

C’est l’idée qu’on a du live, quand on va voir un concert, on aime bien être surpris par le groupe et ne pas voir qu’un simple copier/coller du CD. On est en train de travailler sur la ré-édition de notre CD Into the Sunny Gray pour début 2013. On l’a sorti une première fois fin mars 2012 avec 8 titres. On s’était fixé cette date pour le sortir, elle correspondait à celle d’un concert. On avait d’autres titres à l’époque qu’on n’avait pas pu finaliser en temps voulu. On compte donc en ajouter certains plus quelques surprises. On a également des nouveaux titres pour la suite et un deuxième album à paraître – a priori – début 2014.

JNSPUF! : Les effets visuels participent énormément à l’ambiance en live, vous bossez avec quelqu’un pour les lumières ? Pareil pour le très beau clip de Too Long tourné en Islande ?

On a tout fait nous même en essayant de reproduire les light-shows de la fin des années 60, à la différence qu’on ne les exécute pas en live : on a tout filmé en amont, tout séquencé et enfin synchronisé avec les lumières. Comme on ne joue pas au clic, Ludo, aux lights, s’occupe d’envoyer les séquences en rythme avec nous. Le clip c’est une tout autre histoire, Kevin Nogues (voir ici) et Laure-Anne Kayser (voir ici) ont réalisé cette superbe vidéo pour la chanson Too Long. On a d’abord rencontré Kevin par internet, il nous a proposé de réaliser un clip pour le groupe. Il s’est tout de suite dirigé vers ce morceau. On a été d’autant plus flatté qu’on appréciait ce qu’il nous avait montré de son travail, par son choix (qu’on trouvait pas évident) et enfin par le synopsis.

JNSPUF! : Un mot pour résumer 2012, un autre pour l’année à venir?

En 2012 on a beaucoup travaillé notre show, maintenant on espère avoir l’occasion de le présenter, de voyager, on a vraiment envie de continuer à composer également, de faire des maquettes, de retourner enregistrer.

JNSPUF! : Question bonus: vos albums/groupes préférés cette année?

Pour cette année : Liars (WIXIW), Beak (“MONO/KENN Single” EP)… on a surtout écouté des vieux trucs cette année comme les Stone Roses, la B.O de Drive ou Prefab Sprout.