Plein décembre pour père Girl Unit

Ok, JNSPUF! n’en a jamais parlé avant mais les écarts électroniques ne nous vont pas si mal. Noël se profile et tous les Pères Noël ne vont pas tarder non plus, c’est ‘époque. Le moment rêvé pour se repasser l’EP Club Rez de Girl Unit. Pas chroniqué par simple oubli ou par manque de temps (nous aimerions parler de tant de sorties), Philip Gamble de son vrai nom signe ici une légère bombe sur le d’ores et déjà très doué label Night Slugs. Auteur de quelques EPs sur le label anglais entre 2010 et maintenant (Wut, IRL EP, Ride it every time/Fogs avec Kingdom), le personnage est très massif et s’impose de lui-même : 6 morceaux, 6 façons de convaincre.

Comme ça, de but en blanc un listing serait inutile, autant vivre l’EP à fond dans son intégralité puisqu’il est court (c’est un EP, logique). Rares sont les EPs munis de 6 titres, ou alors ils sont assez peu communs, les gros poissons préférant les 2 ou 4 titres. Pour clarifier les choses nous devons parler d’Ensemble qui se dessine comme le track imparable de la treizième sortie de nos britanniques adorés. Double Take attaque différemment, aux côtes. Un track qui ose repartir aux essences de genres et d’idoles que je ne saurai décrire. Rezday et Plaza sont… écoutez-les plutôt.

Quelques mois de retard pour un DJ qui en vaut la peine, comme nombre de ses frères ameutés sous le drapeau Night Slugs (L-Vis 1990 et Bok Bok en tête). Girl Unit chez Je ne suis pas une fille, ça ne sonne pas si mal à l’oreille. Un dernier effort avant une supposée fin du monde. Un groupe à guitares que j’adorais l’a dit bien avant moi : if this is the last dance, then save it for me baby. Au plaisir de se croiser dans une autre vie.