ClekClekBrest à Astropolis l’hiver

Astropolis l’hiver, quelle drôle d’idée dans un endroit aussi violent que Brest, industriel et gris, froid comme Detroit. Et Detroit c’est la techno. Le line-up de la soirée annonçait du très lourd avec au front Mad of Gang vs. Pierre (de Neitee & Yeutta) suivi d’un battle mémorable entre les deux poulains de l’écurie ClekClekBoom : Bambounou et French Fries.

Les esprits s’échauffent, nous sommes tous bloqués à l’extérieur alors que nos amis assurent à l’intérieur, les murs tremblent déjà sous les coups de Mad of Gang vs. Pierre. Minuit, la piste se remplit, la scène aussi et la Suite, lieu hautement inaccueillant est sur le point de se changer en Boiler Room. L’éternel problème de la soirée du samedi à Astropolis hiver (une super programmation, un endroit nul) est sur le point de disparaître. Les trois cocos s’enchaînent sur les platines et on affiche déjà deux heures de set au compteur. Des morceaux millimétrés, des drops en veux-tu-en-voilà et un public réceptif, celui qui a bien compris qu’on lui servait de la qualité ce soir. Les tracks démontent : The Town, Zed Bias, Boddika, Audiojack (un grand moment), Dark Sky, Conqueror, DJ Rampage… les gars ont l’art de cuisiner le public tout en vapeur.

Le gros morceau arrive légèrement, puis entame une intro de diable, dans la veine de celle qu’ils ont réalisée quelques heures auparavant au centre d’art Passerelle. Des basses, partout. Les deux DJs s’alignent et prennent le poste chacun leur tour, comme deux enfants qui voudraient même pas montrer qui est le plus fort, tellement ils sont doués tous les deux. Ils passent de Lil’Silva à Thomas Bangalter comme des chefs, et tentent même les vinyles sans scrupule. Le public est conquis, la salle est bouillante (on vous avait dit que c’était une Boiler Room) et nous sommes bien heureux de nous être échappés sur scène. Le backstage saute partout, on a même vu quelques vigiles qui ne surveillaient plus grand chose, préférant s’éclater aussi. Lorsque des tracks comme Mass, Let Me Get ou Any Other Service sont mixés, c’est fou. Mais lorsque Yo Vogue et What To Do du petit aux yeux frités sont joués, c’est une véritable folie furieuse qui s’empare d’Astropolis. Vous savez, sincèrement, c’était la meilleure nuit Astropolis qu’on ait vue, merci à tous.

Crédit photo © Marco Strullu.