West Coast !!!

On finissait par se dire que les !!! (à prononcer Chik Chik Chik) avaient définitivement disparus de la surface musicale du globe, et voici qu’ils publient un disque ayant l’ambition de devenir “leur” Thriller, habilement dénommé Thr!!!er. Groupe culte pour certains, inconnus au bataillon pour beaucoup (comme souvent pour les groupes cultes, “le nom dit quelque chose”). Un 5e album précédé de Strange Weather, Isn’t It ?, disque qui ne parvenait pas à atteindre les fantasques punk-funk de l’excellent Myth Takes, malgré une approche renouvelée de leur musique.

Une machine à faire danser, qualifié parfois de meilleur groupe de live du monde (pas moi qui le dit) qui publie donc un nouvel album dans la droite lignée du précédent. Sur Thr!!!er, la lente évolution vers une recherche de nouvelles sonorités se fait plus présente. L’époque des premiers albums, très bruts de décoffrage, visant à traduire une énergie live, semble s’éloigner définitivement. Ici, le parti pris est assumé : !!! font les fous avec les sons des claviers et des percussions. Mais tout en mettant l’accent sur les textures et les émotions, !!! conserve une vraie marque de fabrique : des riffs de basse subsonique qui pourraient définir le groove, des refrains dévastateurs, des solos de guitare, et toujours ce mélange punk-funk, house et disco, pour un combo dansant ultime.

Mais si le groupe a l’air de s’amuser sur Fine Fine Fine ou la conclusion bordélique et 90s à souhait Meet me at the Station, l’ensemble manque parfois de folie. Un disque un peu trop demie-teinte pour un groupe pourtant total : ni complètement sage, ni complètement foufou et on finit par regretter parfois les anciennes chansons, souvent trop longues, mais souvent surprenantes. Sur cet album, le groupe poursuit sa lente évolution, mais semble parfois délaisser leur côté pop maximal au profit de constructions trop minimales.

Si certaines chansons sont clairement dispensables  (Get That Rythm Right et Californiyeah) et d’autres pas franchement passionnantes (Slyd et Except Death, dont seul le solo de guitare la fait surnager) on trouve malgré tout des chansons excellentes, comme la perfection pop atteinte avec Even When the Water’s Cold, tube immédiat qui sauve à lui seul l’album. On aime aussi quand les !!! continuent de s’amuser à faire chanter un public imaginaire (One Girl/One Boy, taillé pour les festivals et en concurrence pour le tube de l’été funky avec Get Lucky – on peut rêver).

Pour conclure sur les titres marquants de l’album, il faut mentionner Careful, emblématique de Thr!!!er. Changeante et fantastique, avec une première partie que ne renierait pas Hot Chip (choeurs angéliques et flûtes) et une seconde qui rappellerait presque LCD Soundsystem période Sound of Silver (toute proportion gardée quand à cet album incroyable), on applaudit des deux mains pour ce titre qui réalise peut être le souhait des !!! quant à cet album plus travaillé et abouti. Dommage que cette réussite se cantonne à un seul titre.