Faites vos jeux.

Après la trêve hivernale, et parce que notre rendez vous musical préféré de l’année approche à grand pas, on vous concocte comme d’habitude un guide des groupes à ne pas manquer pour les prochaines Transmusicales.

Toujours dans l’optique de la découverte, et avec ces 10% de la prog’ que l’on connaît vaguement de nom, l’édition 2013 donne du fil à retordre (là où l’édition 2012 faisait étonnemment la part belle aux groupes français sympathiques qu’on avait déjà approuvé)

Dans le désordre et pour l’honneur (on a trié par lieu quand même) :

Ubu

Chouette soirée d’ouverture le mercredi, avec les Nus, groupe culte de l’âge d’or du rock rennais, mais aussi les Rennais bruyants Apochela qui balancent riffs crasseux et breaks puissants (dont on avait déjà parlé juste là). Conclusion avec un DJ set de Juvéniles, vu et apprécié maintes fois.

L’Etage

On attend de voir ce que Disco Anti Napoleon peut valoir en concert (est-ce vraiment seulement du Tame Impala ?), les sympathiques et ambitieux Rennais d’Expo, le retour de la scène caennaise en présence du folk froid et mélancolique de Samba De la Muerte et le trio shoegaze très souvent prenant mais pas toujours très subtil Dead.

Parc Expo

En vrac : combo de voix envoutantes le jeudi soir avec les Canadiennes de Chic Gamine et les Londoniens de London Grammar. Feu d’artifice sonore avec comme d’habitude, un groupe WTF sud africain ou sud américain. Les versions 2013 s’appellent La Yegros et Molotov Jukebox, deux groupes qui s’annoncent furieusement festifs. Le crooner d’un autre temps Har Mar Superstar viendra également défendre ses pop songs un poil surannées. On a hâte de voir ce que peut donner un concert de ce monsieur qui ressemble fortement à un Philippe Katerine new-yorkais.

Mais la vraie tête d’affiche et la vraie attente de notre part est surtout le concert du maître Luke Jenner, chanteur de The Rapture à la voix capable de vraies prouesses sonores. Disco ? Psyché ? Dance ? Punk ? On ignore à peu près tout du projet musical solo du New-Yorkais, mais une chose est sure, on sera tout devant pour voir ça.

Le vendredi soir, la tête d’affiche Stromae a déjà vidé le stock billetterie pour un engouement qui nous dépasse quand même un peu. Mais si vous parvenez à récupérer des places, vous pourrez en profiter pour aller faire un tour du côté du sympathique dandy norvégien Mikhael Paskalev à la pop radieuse et insouciante, ou voir Melt Yourself Down, groupe de punk-funk d’influence afrobeat austère mais hypnotique. Et puis, tant que vous y êtes, on conseille également fortement les Berlinois d’Oum Shatt avec leur pop noire d’inspiration orientale, délicieusement retro.

Le samedi soir, les musiques synthétiques sont clairement dans la place, et après tout, pourquoi pas, il faut avouer qu’on garde un souvenir ému du samedi soir des dernières Transmusicales featuring l’incroyable Superpoze et le duo gangsta TNGHT. On a donc hâte de poursuivre avec le petit prodige de la MPC qui monte et marche sur les traces de Bonobo, Flume et consorts, le caennais Fakear dont le nouvel EP Dark Lands s’annonce déjà comme le petit événement de l’electronica française. Côté house, on pourra aussi compter sur le DJ set efficace de Joris Delacroix, essentiellement intéressante pour les digressions electronica plus que pour la deep house aseptisée qui nourrit également son set. Le trio dansant du samedi sera au complet si on en profite pour faire un détour par la Green Room et tâter le DJ set de la nouvelle tête made in Bromance (label de Brodinski) Louisahhh!!! qui, si son pseudonyme sonne tout à fait kikoo lol 2010, distille pourtant une house inventive et rafraîchissante.