Rave Tapes : gros mensonge ou bonne blague ?

Une carrière sans faille, un alignement constant de très bons albums, une atmosphère unique, à mi chemin de la musique de films et du rock le plus fin, voilà pour la présentation des Glaswégiens de Mogwai. Sur Rave Tapes, leur dernier album, ils évitent comme souvent le double écueil d’une musique instrumentale : l’ennui et le pompeux. Mais semblent un peu échouer pour ce qui est de se renouveler.

th

Sans doute un poil plus effrayant que le précédent album studio Hardcore Will Never Die, But You Will (ce petit chef d’oeuvre), les Ecossais ont visiblement choppé quelques tuyaux de leur collaboration pour la bande son de la série Les Revenants de C+ pour composer ce nouvel album hanté de spectres et autres joyeusetés sonores.

Il ne faut qu’une petite minute trente d’introduction pour retrouver la force de Mogwai : un son massif, puissant et pourtant tout en creux, évolutions mélodiques atmosphériques qui forgent et définissent le “post-rock” dont on les qualifie souvent. Guitares distordues, synthés puissants et batteries ostentatoires servent souvent le plus violent comme le plus apaisé, et très souvent les deux dans un même morceau (la chevauchée fantastique de Remurdered en est un très bon exemple). Et comme à son habitude, Mogwai use de petites astuces pour varier son post-rock instrumental à l’aide de vocoders (The Lord Is Out of Control) et de samples (l’excellente Repelish) qui complètent le puzzle musical du groupe.

Une bonne phrase valant souvent mieux qu’un long plaidoyer dans le cas d’un groupe aussi installé que Mogwai (qui possède un joli bataillon de fans et une reconnaissance bienvenue), on dira ceci : Rave Tapes est une très bonne porte d’entrée dans l’univers de Mogwai pour les néophytes et un disque très honorable pour les inconditionnels.

Et on a beau se dire qu’un changement de structures, constructions, mélodies et instruments utilisés est inutile, tant Mogwai semble exceller dans son art (et s’en contenter, il est vrai), on se demande malgré tout : mais où est donc passé l’esprit radical, novateur et non-conventionnel qui rendait pourtant le groupe si passionnant dès ses débuts ? A défaut, il faudra sans doute se contenter de l’humour pince sans rire des titres d’albums et chansons. Rave Tapes, ce bon foutage de gueule.

58365_151051351582988_123796117641845_330265_2187075_n