Roosevelt Am Strand

Roosevelt, c’est le projet solo de Marius Lauber, auparavant batteur dans différents groupes comme Beat!Beat!Beat! En 2012, le premier single de cet allemand de Cologne – en plus d’attirer l’attention de nombreux blogs en Europe – séduit l’équipe de l’excellent label berlino-londonien Greco-Roman (Totally Enormous Extinct DinosaursDisclosure) qui le signe en aout 2013. Roosevelt sort son premier EP Elliot et enchaine avec une grosse tournée européenne en compagnie de Crystal Fighters et TEED notamment.

Roosevelt-Elliot

En mélangeant new wave, pop et et synthés, cet EP de quatre titres crée une dance-music rêveuse qui lorgne autant vers le dancefloor que vers la plage. Ça sonne un peu “commercial”, oui, mais pas pour autant “pop-music”, à mi-chemin entre titres relax et dansants. Le côté dream rappelle Washed OutCaribou ou Toro Y Moi. Le titre éponyme Elliot ressemble d’ailleurs beaucoup à Odessa (Caribou) en plus calme et moins aérien. La voix de Roosevelt accompagne, simple et monocorde mais assez particulière et pleine d’équilibre. Elle apparait également sur Around you, un titre sensuel et léger, seulement interrompue par un synthé hypnotique. Montreal, titre bien plus enjoué donne toujours dans cette atmosphère brumeuse/joyeuse caractéristique de l’EP. La dernière chanson Sea symbolise à merveille le style Roosevelt: son brumeux, mélodie au synthé, grosse dose d’écho et lignes de basse chaloupées et entêtantes qui donnent envie d’aller à la mer.

L’année 2014 a commencé plutôt pas mal pour lui puisque MTV-Allemagne l’a désigné comme l’une des découverte de l’année. Dans cette période où tout le monde joue sur le côté électro/synthé, Roosevelt parvient à créer quelque chose de vraiment particulier.

L’auteur: Tobias est originaire d’une petite ville du sud de l’Allemagne. Un peu perdu au départ – ses préférences vont vers les boys-band américains – il devient finalement grand fan de folk/songwriter des années 1960. Même si son coeur appartiendra toujours à la simplicité de la guitare folk, il s’est désormais mis à l’électro/alternative.