Temples – Easy nostalgie

Dans la lignée des Byrds, Beatles et autres Doors, voici Temples, de Londres. Le groupe a publié (presque) récemment son premier album, Sun Structures, et on se l’écoute en boucle.

temples_sun_structures_album-500x500

Souvent comparés aux retrofuturistes au final bien proprets de Tame Impala (ce groupe plus psyché en studio qu’en live, mais passons), Temples incarne le groupe qui vit intégralement pour les 60s sans avoir l’air de s’en soucier plus que ça, par la force de riffs puissants et de choeurs mélodieux et printaniers.

Que reprocher quand les titres sont aussi forts et aussi porteurs ? Le refus d’évoluer, de s’adapter aux sonorités électroniques ambiantes, à la dictature du synthé fou et des beats tapageurs ? L’évolution ne vient pas nécessairement de l’avant-garde, parfois il suffit simplement de revisiter des classiques. A ce titre, il ne fait aucun doute que les groupes britanniques sont bien plus classiques et intemporels que les Américains et Temples le prouve une fois de plus. On pourra se prendre d’admiration pour les effets délicieusement retro de Sun Structures (les harmoniques sympathiques de Shelter Song, le riff enjoué de Mesmerise, l’ambiance psyché orientalisante de Sun Structures, parce que Magical Mystery Tour n’est jamais bien loin).

Mais parce que Temples n’est pas qu’un groupe-mignon-et-gentillet-d’inspiration-60s, ils ont eu la bonne idée de revisiter également le psychédélisme vénéneux et tortueux des Doors (l’orgue Hammond qui rend fou en moins), en nappant leur basse d’un crunch bien daté, pour muscler leur son. Alors oui, tout cela fleure bon la retromania et ne révolutionnera pas la musique, mais, et ce n’est une surprise pour personne, les Londoniens font de la pop et le font bien.

On ne leur en demandera pas plus, et on les attendra au tournant en live à la Route du Rock qui a eu la bonne idée de la programmer (en compagnie d’une flopée incroyable de groupes qu’on a vraiment hâte de voir aussi en live, mais ça on vous en reparlera très vite, croyez nous).

Bewertung Rozay