C’est quoi ton Gearporn ? #1 : Jim

_mg_9975

Avec Cassius, on adore la 6 cordes. Ce n’est pas un secret, nous sommes même assez tordus pour le proposer à JNSPUF, dans la veine la plus geek possible. Le temps passé sur Youtube et dans les shops ne se compte plus en heures mais en années, alors on a créé la rubrique Gearporn. Gearporn, si tu n’est pas un fou des circuits imprimés sous vide, c’est l’art (et tous les nerds de la planète réunis sous un étendard) de dénicher, trouver, accumuler, parler, jouer avec du matos de guitare, ou de synthé, ou de tout autre instrument. Donc, je lance cette idée, plutôt axée sur les effets. Nous avons déjà quelques invités, partants, parfois un peu flippés – parce qu’en vrai on peut foutre un peu les boules, pour discuter de leur matos de guitare. Nous avions déjà évoqué Coffee & Riffs, maintenant JNSPUF envoie sa sauce maison, peaufinée avec amour. Donc, pour rembobiner, et avant de s’étendre des années durant, je vais présenter mon gear, mon porn, ma bataille. La suite, ce sera mille fois mieux : on a vos groupes préférés en tenaille, et même les gens que ça branche pas une seconde, nous tenterons de les garder réveillés.

Gearporn #1, c’est parti (en vrai je me parle tout seul mais t’inquiète, tout roule). Utilises-tu des effets, si oui, pourquoi ? Est-ce vraiment important ? 

Important, oui et non, tu peux très bien faire sans. J’étais vraiment pas fan des effets, des mecs qui se trimbalent 25 pédales à chaque concert. Puis j’ai eu un effet, puis deux… aujourd’hui j’en ai 4/5 que j’utilise, et j’en ai presque autant en vue. En résumé, quand tu y as goûté, c’est difficile de décrocher.

Ouais mais bon, t’es bien gentil, mais concrètement c’est quoi des effets et des pédales d’effets ? 

C’est tout bête en fait, c’est des pédales qui changent le signal de ta guitare. Placées entre l’instrument et l’ampli, le son est modifié : à toi Pink Floyd, à toi les effets à retardement, les distortions, les octaves à outrance… tout est possible ou presque à condition d’avoir 15 doigts à chaque main.

Et donc, c’est quoi ton gearporn ? 

Dans mon pedalboard (c’est comme ça qu’on dit, parce que c’est classe), j’ai actuellement 5 pédales, dont une qui sert uniquement à l’accordage, indispensable en live pour moi qui ait des oreilles de cochon. Sinon j’ai une fuzz, c’est mon dada, un delay (effet à retardement, pour créer des couches de sons quand t’es doué, mmh…), un tremolo et un boost. Les effets se répartissent comme ça : mon boost (TC Electronic Spark mini), ma fuzz (EHX Big Muff), mon tremolo (EHX Pulsar), mon delay (Boss DD7) et la dalpé d’accordage, une TC Electronic Polytune mini noir.

Pourquoi ces effets et pas d’autres ? On imagine bien le boost, la fuzz à peu près, mais ça donne quoi un tremolo ? 

Moi ce que j’aime jouer c’est du garage. Quelque chose de pas net, qui ne joue pas très bien mais qui possède une patate démentielle. Pour ça, j’ai pris un boost et une fuzz, la fuzz c’est indispensable si tu veux cotiser à la chapelle du garage. Le delay, c’est une vieille histoire : les effets de répétition des Kills m’ont toujours botté, et le léger effet appelé slapback utilisé par John Dwyer dans Thee Oh Sees aussi, et donc le dénominateur commun était cette Boss DD7. Beaucoup d’autres me tentent, mais ce serait chipoter, en formation live, j’en aurai pas plus de 4, parce qu’après t’as vite fait de plus t’y retrouver. Alors le tremolo c’est super intéressant à expliquer. Faut imaginer que le son de ton instrument c’est un signal, une ligne droite. Une fuzz ça te fait carrément une pochette de Joy Division avec ce même trait droit. Le tremolo lui, oblige le signal à réaliser des vagues, ou alors des parcours “carrés”, et la Pulsar de chez EHX a l’avantage de faire super bien le boulot, et de venir d’une marque souvent accessible niveau prix. Los Dos Hermanos en utilisent un peu sur leur morceau Alienor je crois, enfin je sais pas trop, mais je pense à ce morceau quand on discute tremolo.

Ah le garage sans fuzz, on oublie ? 

Ahah, non, quand même pas. En réalité, même moi j’en mets assez peu, tu peux très bien envoyer des riffs plus gros qu’une maison sans aucun fuzz autour. Mais ça donne le côté gras, heavy de ton son, le truc qui fait que vraiment t’as l’air de créer quelque chose de super lourd. Quand je joue, le fuzz arrive simplement au moment où il faut que tout pète. On prend tous (si si faut avouer) Ty Segall en exemple, mais il joue très très souvent en son clair, pareil pour John Dwyer dans les Coachwhips, regarde n’importe quel live tu le comprendras très vite. Le garage, c’est tout aussi chouette sans fuzz.

Pour la suite, tu vas essayer de choper quelles pédales ? 

Comme je le disais, quelques unes me font de l’oeil. Déjà, je vais commencer par virer la Big Muff et la remplacer par un autre fuzz, sans ça t’es tout nu. Je vais prendre une Way Huge, leur fuzz démonte et donne de très grosses basses, et puis on peut tout faire avec. Ensuite je vais prendre une Earthquaker Rainbow Machine, ça n’a rien de réaliste (la vidéo en dessous). C’est un filtre qui modifie du tout au tout ton son, l’enrobe… Sinon, je suis en contact avec les rennais de Crust pour qu’ils me construisent une pédale Michael Jordan.