#10 – Courtney Barnett

Dans pile un an, on est prêt à parier qu’on sera en train de mettre Courtney Barnett dans notre top album. Son passage aux Transmusicales le weekend dernier a fini de nous mettre l’eau à la bouche et on trépigne en attendant ce disque dont tout ce qu’on sait c’est qu”il a été enregistré en avril dernier. Mais qu’est-ce qui nous rend si sûr qu’il ne rejoindra pas la pile des deuxième-albums-pourris-alors-que-le-premier-était-magique ?

1- Déjà, ça peut pas être un deuxième album loupé, puisque le premier album n’en était pas un. A Sea of Split Peas était un double EP. Oui ça ressemble drôlement à un album, mais on sait tous que ça n’a rien a voir.

2- Courtney Barnett n’est pas une débutante. Si le nom et les chansons de l’Australienne ne sont arrivés à nous qu’en 2013, ça fait un paquet d’années qu’elle traîne sa guitare dans les bars de Melbourne. Elle a même créé son label, Milk! Records pour sortir ses diques et ceux des copains.

3- Cette année a été celle de l’explosion, de très confidentielles, ses balades rocks se sont retrouvées sur les scènes du monde entier (coucou Coachella) : on en a vu paniquer et se perdre dans des ambitions creuses pour moins (coucou Breton), c’est le fameux mal du deuxième disque pourri. Mais Courtney a l’air totalement immunisée contre la prise de tête. Même débit et même humour à froid dans ses interviews que dans son songwriting, avec l’air assoupie et l’œil qui brille, elle est juste vaguement étonnée que ça marche aussi bien. Pas nous.