#20 – JDG’s top 10 Hip Hop Albums of 2014

After the star-studded 2013 with Kanye West, Drake, Jay-Z and many other dropping legendary albums, 2014 at first seemed to be in danger of being eventless. But as the year draws to a close, I realise that though being less star-studded, 2014 left the main stage to other artists, whether newcomers or veterans, and was therefore no less interesting.

Après une année 2013 où Kanye West, Drake, Jay-Z et beaucoup d’autres stars du hip-hop avaient sorti des albums fantastiques, 2014 risquait nécessairement au premier coup d’oeil d’apparaître bien fade. Mais alors que l’année touche à sa fin, je réalise que malgré l’absence évidente de VIP dans les tops de fin d’année a laissé la place à d’autres artistes, nouveaux venus ou vétérans, et qu’en conséquence, l’année n’a pas été moins intéressante pour autant.

  1. Kid Cudi – Satellite Flight: The Journey to Mother Moon

kid-cudi-satellite-flight-the-journey-to-mother-moon

Let’s start off with a controversial one. Kid Cudi’s new joint was ripped to pieces by critics this year. I disagree because even if his album is not his greatest to date, he dared to go off into space and experiment with more music genres than most rappers would dare to.

Allez, petit album controversé pour débuter. La nouvelle galette de Kid Cudi a été totalement descendue en flèche par les critiques cette année. Je ne suis pas d’accord car même si cet album n’est pas le meilleur en date, il a eu au moins le mérite de s’éloigner un peu des sentiers battus et d’expérimenter des genres différents que la plupart des rappeurs délaissent trop souvent.

  1. Childish Gambino – STN MTN/ Kauai

STN_MTN_KAUAI_Childish_Gambino

Gambino is one of those rappers that will still be here in 10 years. He keeps pushing the envelope for new ways to make beats as well as to combine singing and rapping. A must for anyone who is into progressive Hip Hop.

Gambino est l’un de ces rappeurs qui seront toujours là dans 10 ans. Il continue de sortir de sa zone de confort en créant de nouvelles façons de faire des beats et en combinant le chant et le rap. Un must pour les fans de hip-hop progressif.

  1. Die Antwoord – Donker Mag

Die-Antwoord-Pitbull-Terrier-Foto-Videostill-Zef-Records-3

If you’re bored by conventional Hip Hop and you want to listen to a kind you probably haven’t heard before, this is your chance. Straight out of Cape Town, Antwoord’s sound is more weird and in your face than ever before.

Si le hip-hop traditionnel vous ennuie et que vous voulez écouter un nouveau style, c’est l’occasion. En direct de Cape Town, la musique de Die Antwoord est plus chelou que jamais.

  1. Big K.R.I.T. – Cadillactica

 

Cadillactica_STANDARD

This album was hailed by many critics as the best of the year. Although it is unquestionably original and has a certain “Shaft” vibe to it in parts, it doesn’t hold on to that until the end. Nevertheless, the level of production is impeccable and K.R.I.T.’s storytelling is always on point.

Cet album a été loué par les critiques comme l’un des meilleurs de l’année. Bien qu’il soit indubitablement original et possède un vrai feeling “Shaft”, il ne tient pas ses promesses jusqu’au bout. Malgré tout, le niveau de production est impeccable et le storytelling de K.R.I.T. est fidèle à lui-même.

  1. Schoolboy Q – Oxymoron

Oxymoron

Q is from South Central Los Angeles, but unlike Kendrick Lamar, he doesn’t have critical distance to the violence and drugs in that part of town. He is on the front lines, taking you on a exciting, aggressive and drugged-out journey through his neighbourhood.

Q vient de South Central Los Angeles, mais contrairement à Kendrik Lamar, il n’a pas la même distance critique vis-à-vis de la violence et de la drogue qui règne dans cette partie de la ville. Il est en première ligne, et vous emmène dans un voyage intense, agressif et drogué à travers son quartier.

  1. Run the Jewels – Run the Jewels 2

rtj2

Grimy beats and hard-hitting lyrics make this album the perfect joint for driving around in a American muscle car, one of the archetypal things Hip Hop was made for. You won’t find melodic happy tunes in this album. But what you will find is two emcees, EI-P from New York and Killer Mike from Atlanta, in their prime showing no mercy.

Des beats “grime” et des punchlines efficaces font de cet album l’arme ultime pour se balader à travers l’Amérique au volant d’une bonne grosse bagnole, l’un des clichés les plus fréquents pour ce qui concerne l’utilité du hip-hop. Vous ne trouverez pas de mélodies guillerettes sur cet album. Mais vous y trouverez deux MCs impitoyables, EI-P de New-York et Killer Mike d’Atlanta, au sommet de leur art.

  1. Common – Nobody’s Smiling

Common

Common’s tenth studio album is inspired by the tragic condition of his hometown Chicago and the reputation it has received for black on black crime over the years. He not only succeeds in doing that but also shows you why he is a true professor of Hip Hop. On “Rewind that” he takes a bittersweet memory-lane stroll. It’s a highly interesting and emotional Hip Hop history class. Check out a live version of it below :

Le dixième album studio de Common est inspiré par les conditions de vie déplorables de sa ville natale Chicago et sa réputation de ville criminelle qui ne fait que grandir au fil des années. Il n’est pas seulement bon dans son art de raconter ses tranches de vie, mais aussi en tant que très bon professeur de hip-hop. Sur “Rewind That”, il en profite pour se balader et contempler ses souvenirs passés avec nostalgie. Un cours sur l’histoire du hip-hop hyper intéressant et même sentimental.

  1. Wu Tang Clan – A Better Tomorrow

wu-tang-a-better-tomorrow-album-cover

The Wu is back in full swing. With their members all in their forties now, it is surprising how much creative self-reinvention they are still capable of. Less aggressive than the early Wu records, the Wu have become more mature and with their signature single “A better tomorrow” they’ve turned political. The good thing about the clan is that they don’t pretend to be hustling on corners after they’ve been out of the projects for decades. This album showed that the Wu stay true to who they are.

Le Wu-Tan est de retour dans le game. Avec des membres qui ont désormais atteint la quarantaine, il est surprenant de voir à quel point ils sont toujours capables de se réinventer artistiquement parlant. Beaucoup moins aggressifs que les premiers albums du Wu-Tang, ils sont devenus plus matures, et affirment sur le single “A Better Tomorrow” une réelle ambition politique. Le bonne chose est qu’ils ne prétendent pas non plus réinventer l’eau chaude, après s’être mis en retrait pendant plusieurs décennies. Cet album montre simplement que le Wu-Tang Clan reste fidèle à ce qu’ils sont.

  1. Logic – Under Pressure

SamSpratt_Logic_DXfront_Final_SQUARE

This debut album by the Maryland rapper is a game changer. He tells the story of his life through the imagery of his favourite movies and video games. His parents fighting their crack addiction, him dropping out of high school to become a rapper: everything is transformed and told through the imagery of Tarantino’s work and games like Call of Duty. Logic is a great voice of today’s alienated youth.

Ce premier album du rappeur du Maryland est une vraie révolution. Il raconte l’histoire de sa vie à travers les images de ses fims et jeux vidéos préférés. Ses parents luttant contre leur addiction au crack, lui abandonnant le lycée pour devenir un rappeur : tout est modifié et raconté à travers des métaphores sur les films de Tarantino et des jeux comme Call of Duty. Logic fait figure de porte-parole de la jeunesse aliénée d’aujourd’hui.

  1. J Live – Around the Sun

JLive

Surprised? You shouldn’t be. Secluded from the Hip Hop made by coked up double-time rapping metaphorical wizards living in mansions with few actual stories to tell, J is giving to you raw. This album, with its simplicity, intelligence, dedication and honesty, can claim the title of masterpiece. „Money matters“ was the album’s first single. It was grounded in the reality of life like no other record this year. J raps about everyday troubles with striking emotional precision. I bet that everyone who ever caught the Hip Hop virus, whether 15 years ago or now, will be able to relate to it. It goes straight to the heart and deserves more airtime, more fans and more critical acclaim.

Surpris ? Vous ne devriez pas. A l’écart du hip-hop fait par des types cokés à mort et qui vivent dans des manoirs avec finalement peu de choses intéressantes à raconter, J se livre totalement sur cet album. Avec simplicité, intelligence, et honnêté, cet album est clairement un chef d’oeuvre. “Money Matters” était le premier single. Il était ancré dans la réalité de la vie comme aucun autre titre sorti cette année. J rappe à propos de problèmes du quotidien avec une précision émotionnelle totalement bluffante. Je parie que chacque personne qui a attrapé le virus du hip-hop, il y a 15 ans ou maintenant, sera capable de se sentir proche de cet album. Cela touche directement au coeur et a clairement besoin d’être plus connu et reconnu par des futurs fans ou des critiques enthousiastes.