#5 – Golden Teacher

En ces temps bien mornes où la musique faite pour danser est de plus en plus incarnée par des types tous seuls derrière un macbook, nous avons accueilli comme le messie le dernier disque de Golden Teacher. Party People/Love est un troisième EP brillant où cette bande d’Ecossais mélange sans hésitation des rythme électroniques bien sales avec des voix coldwave, des percussions africaines et des synthétiseurs disco. Le résultat est une impitoyable machine à danser.

Lorsqu’ils commencent à jouer ensemble, les membres de Golden Teacher sortent d’écoles d’art, font de la musique électronique analogique (oui, ça existe encore) ou jouent dans des groupes de rock (oui, ça existe encore). Leur principal point commun : ils sont au chômage et préfèrent passer leur temps en studio que de chercher des stages non-rémunérés. C’est au Green Door Studio que le collectif prendra forme. Ce studio d’enregistrement est devenu mythique à Glasgow en proposant des formations en production musicale bon marché et en laissant les musiciens improviser et enregistrer pendant des heures. C’est lors de ces jams interminable que Golden Teacher s’est formé, presque par hasard.

golden-teacher-grande

Ces sessions au Green Door éveillent régulièrement l’atention de Keith McIver du label Optimo qui décide d’enregister un premier EP. Bells From the Deep End est quasiment entièrement improvisé, et ce coté organique, sans retouche est une des caractéristiques fondamentales de leur musique. Car là où les six musiciens de Golden Teacher révèlent leur force de frappe, c’est en live. Entrainés par Cassie et Charlie, les deux chanteurs qui dansent comme des possédés. On a pas encore eu l’occasion d’assister à leurs performances qui ont plus souvent lieux dans des clubs que dans des salles de concerts. Aux Transmusicales l’an prochain ?