Joey Badass mange ton âme

joey-badass

Annoncé depuis trois ans déjà comme le nouveau Nas, Biggie ou Jay Z, Joey Badass vient de sortir son premier album B4.DA.$$ (à prononcer “before the money”). De song vrai nom Jo-Vaughn Virginie Scott, JB est né d’une mère originaire de Sainte-Lucie et d’un père jamaïquain et a grandi dans à Bedford Stuyvesant, un quartier de Brooklyn où dès ses 11 ans il commence à écrire ses premiers vers et paroles. Alors qu’il ne parlait pas beaucoup de sa vie dans ses premières mixtapse, cet album est bien plus imprégné de son histoire, de sa jeunesse et de ses origines afro-américaines.

Révolutionnaire? Pas vraiment. Joey Badass est indubitablement doué mais il a reçu beaucoup de critiques qui le désignent comme un rappeur surtout très nostalgique des années 1990. Sa technique, pas plus que son style, n’est aussi intéressante ou remarquable que celle de ses concurrents du moment Chance the Rapper ou Childish Gambino. Et pourtant, on se sent attiré par son attitude. Le titre No. 99 illustre bien cette idée. Le but de JB est clairement de rendre hommage à l’esprit de gang du rap des années 1990. Quelque chose qui sonne comme “Je me ferai justice moi-même pour montrer à la génération de mes parents comme régler un problème”. Cette colère anarchiste, dirigée à l’encontre des 1% et de l’hypocrisie des génération précédente, résonne à l’oreille de beaucoup de jeunes dans le monde entier.

We comin’ for groups of guys in suits and ties
Who chose to hide truth from the eye
Grab a white collar by his white evil eye
Fight or flight, yo, that’s just what it is”

Son léger accent jamaïquain ne fait qu’ajouter à sa férocité. Le clip rappelle les Big Pun et Fat Joe de la fin des années 1990. On trouve également des morceaux plus introvertis voire fun sur l’album. Les titres Escape 120 et Piece of Mind montrent que JB a le potentiel pour devenir un artiste qui change les choses dans la scène Hip Hop en re-connectant les Old School et les plus avant-gardistes. La hype autour de lui n’est probablement pas vraiment justifiée mais son talent ne se dévoile qu’à moitié sur cet album. S’il décide de repousser les barrières qu’il s’est fixé et de quitter sa zone de confort, il est capable de beaucoup plus. Cet album est pour ceux qui sont toujours excités à l’idée d’une nouvelle réunion du Wu Tang Clan. Si ce n’est pas vraiment le cas… mais que le Hip Hop te colle à la peau, tu trouveras sûrement quelques bonnes chansons. Mais pour écouter un album ultra-inovateur à la Yeezus, il faudra repasser et attendre le prochain de disque de JB.