Les Narcissiques à l’assaut du Hip Hop

Drake, Big Sean et Kanye West ont pas mal de choses en commun. Ils font tous les trois partie des MCs américains mainstream les plus appréciés; Drake et Big Sean viennent de sortir un album et celui de Kanye ne devrait pas tarder. Ce sont tous les trois des gamins de la classe moyenne qui ont bossé dur certes, mais ont également eu beaucoup de chance. Ils viennent aussi de sortir ensemble une nouvelle chanson Blessing qui apparaît sur le nouvel album de Big Sean Dark Sky Paradise.

Ce qui les rend si similaire pourtant, c’est leur côté très narcissique. Drake et Kanye encore plus que Big Sean – il est encore un peu jeune et n’a pas eu le même succès qu’eux. On sait très bien par contre que Drizzey et ‘Ye aiment bien se regarder dans la glace. Le narcissisme, c’est la recherche d’une satisfaction vaniteuse ou l’admiration de sa propre personne. C’est aussi la force fondamentale qui fait avancer ces rappeurs. L’album de Drake Nothing Was the Same tout comme son nouveau disque If You’re Reading This It’s Too Late peuvent tous les deux être décrits comme des modèles d’auto-adulation sonores. Même logique du côté de Kanye et de son dernier album Yeezus et son titre I am God qui repousse les limites musicales de l’admiration personnelle. Avec son dernier album, Big Sean entre dans la danse alors que le rappeur de Détroit restait plutôt humble sur son précédent LP.

Le Hip Hop a toujours eu un côté prétentieux et frimeur. Mais ces trois MCs ont réussi à donner à cette tendance narcissique une nouvelle ampleur. Les rappeurs en général se plaisent à exposer leurs possessions matérielles mais ces gars là se font mousser sur tout et n’importe quoi : leur look, leur entourage, leur lifestyle, leur compte en banque ou encore leurs copines. Ou quand se la péter devient un art.

C’est bien entendu facile de crier au loup et d’oublier le Narcisse qui sommeille en chacun de nous ; ou du moins chez tous ceux qui s’affirment un tant soit peu. C’est même sûrement nécessaire pour l’estime de soi. La question c’est d’abord : où doit-on s’arrêter ? Et puis ensuite : qu’est-ce qui t’arrive quand 40 000 personnes crient ton nom dès que tu rentres dans un stade ou une salle de concerts ? Quelle genre de personne deviens-tu quand ce genre d’expérience devient la norme pendant des années ?

J’ai toujours trouvé fascinant de regarder en boîte les gens qui récitent par cœur les paroles auto-glorificatrice de Drake. La musique leur donne l’occasion de projeter ces envies narcissiques qu’ils retiennent dans la vie de tous les jours. En ce sens, le Hip Hop a toujours représenté une catharsis théâtrale mélangeant non seulement projection de soi mais aussi affirmation de soi. Les artistes en devenir se retrouvent souvent à mi-chemin entre doute et confiance en eux. Alors bien sûr, le mauvais côté du syndrome c’est la vanité. Ce n’est pas toujours une force productive et ça ne mène pas les artistes à grand chose. Mais le narcissisme à ses avantages. Il leur donne un courage bien supérieur à aucun niveau de confiance en soi. Ce courage peut mener à de grandes choses qui n’auraient jamais été créées s’il n’y avait que des artistes peu sûrs d’eux – dans ce monde où tout le monde se soucie de l’avis des autres.

Au final, la grandeur peut venir de partout. Elle peut être atteinte par des gens humbles, mais l’inverse est aussi vraie. Du moment que l’excellence est au rendez-vous, le narcissisme est toléré. Attention pourtant, la qualité repose sur le jugement de l’observateur et l’artiste narcissique peut vous décevoir en prétendant beaucoup où il n’y a en fait rien.