Beauté imparfaite.

a2860951003_10

Nous n’avions pas encore eu le temps de parler d’un projet caennais, dévoilé l’an dernier, et bâti autour du claviériste des Concrete Knives et de Superpoze, un projet nommé SAmBA De La mUERTE. Un EP conséquent et un single, le tout disponible en ligne, voilà ce que l’on peut se mettre sous la dent pour l’instant.

Une introduction qui pose l’ambiance mélancolique de cet EP, avec guitares minimales et violon aérien (Samba), une plainte lointaine (Skyline), deux interludes spectraux, et un single parfait Begin Began Begun qui m’évoque les plus belles compositions de Campfire Songs d’Animal Collective. Le single est d’ailleurs habilement remixé par Superpoze (toujours lui) pour mettre en avant un cuivre fascinant qui conclue le morceau.

A écouter ces démos bien trop belles pour avoir été réellement enregistrées dans une chambre, et bien trop bancales pour avoir été enregistrées dans un but commercial, on pense à la beauté imparfaite d’un musicien frottant ses doigts contre une guitare mal accordée. Les chansons qu’il joue sont fragiles, mais belles parce que fragiles.

Et d’un coup on pense également aux samples de guitare acoustique, on réalise que le caennais est aussi doué avec l’acoustique qu’avec l’électronique, et que ce beau projet pourrait nourrir une folk somptueuse, mais également une musique électronique organique à la Caribou.

Leur potentiel semble immense, les quelques chansons disponibles ne constituant qu’une esquisse d’un tableau futur sans doute incroyable. On se prend à rêver de Fleet Foxes triste, de Bon Iver vacillant, de Tunng honnête, c’est beau, très beau.