Regal – Du garage pour ceux qui n’en écoutent pas

2015_03_20_PJ_Regal

Ce n’est pas une nouveauté, mais JNSPUF! entretient une certaine consanguinité avec ce qui touche de près ou de loin au garage. Allons-y gaiement, faisons tomber les masques: c’est essentiellement l’oeuvre de Jim. On (l’équipe restante) a beau essayé avec force de se laisser convaincre (et avec quelques très bonnes surprises), parfois qu’on se le dise, le garage, c’est toujours un peu la même chose.

Et puis, parfois, après dix groupes interchangeables, une petite (ou grosse) claque. Des groupes au nom bizarre du genre King Gizzard and the Lizard Wizard, ou juste tout simplement Regal.

Les gars vivent en Belgique, et se sont rencontrés sur World of Warcraft. Un bon départ. Ils viennent de sortir Two Cycles and A Little More, leur nouvel album, chez Born Bad Records, ce qui n’arrange rien.

a0150089796_10Nourris à la source garage (pas de doute, sur Tar Rush ou Fuk Out notamment), Regal soigne pourtant une chouette diversité d’influence, et un amusement certain à jouer des codes pour utiliser l’énergie du garage au profit de quelque chose de bien plus personnel.

Dans le lot, on trouvera des guitares blues-rock un peu rugueuses à la Pete & the Pirates, des influences surf-pop très chouettes, des violons et lyrismes presque folk, et un joyeux bordel fait de très bons riffs, de contrepieds, et de je-m’en-foutisme assez total qui ne ressemble pourtant pas à ce qu’on a l’habitude d’entendre. Parce que si les groupes garage font souvent n’importe quoi, le vrai cool, c’est pas de faire n’importe quoi. C’est de faire n’importe quoi, mais de le faire bien.

Alors si vous êtes un peu comme moi, et que le garage, ça va bien 5 minutes, un petit coup d’oreil à Regal pourrait vous faire changer d’avis.