For Fuck Sake!

FFS1892-photo-credit-David-Edwards-72dpi

Une collaboration qui marche ?

L’annonce s’est faite relativement discrètement. Franz Ferdinand & Sparks pour une collaboration album + tournée. Les Ecossais pour ce qui sera leur 5e album. Les Américains pour leur 22e (oui, voilà).

Alors quoi, quatre albums et Franz Ferdinand en sont aux featurings et collaborations ? Oui, et ce n’est franchement pas une surprise, c’est même un bon rappel du poids que Franz Ferdinand pourrait pourrait prendre et prend déjà au fur et à mesure des années. Les cultissimes et glamissimes Sparks ne s’y sont pas trompés, en ajoutant leur patte grandiloquente et en instillant du rebondissement dans les structures pop de Franz Ferdinand à la demande des Ecossais. Les six minutes de Collaborations Don’t Work pour exemple.

A la sortie du 4e album de nos Ecossais préférés, on était loin d’envisager que la suite de leur parcours serait (déjà, on pourrait dire) axée autour des collaborations et featurings. Rétrospectivement, Right Thoughts, Right Words, Right Action, était pourtant un retour aux sources, une manière de boucler la boucle de ce qui avait démarré en trombe en 2004. Et aujourd’hui, plus de dix ans après (coup de vieux, un petit peu), on peut se dire que les Ecossais se tournent vers d’autres expériences. Car après avoir revisité l’indie rock qu’ils avaient eux-même largement diffusé sur leur premier album éponyme, cette collaboration est une vraie porte de sortie vers quelque chose où chacun trouve sa place tout en sortant de sa zone de confort (Piss Off, double pouce). Et s’il fut un temps où la perspective de Franz Ferdinand lancé dans l’écriture d’une comédie musicale nous laissait un peu dubitatifs, on commence à voir où et comment cela pourrait arriver.

Collaborations Don’t Work ? Ce qui était un pied de nez des frères Mael face au souhait de collaboration de FF (« Vous voulez collaborer ? Tenez, on vous propose un morceau qui s’appelle Collaborations Don’t Work et qui vous dit d’aller vous faire foutre car on va tout faire tout seul. ») finit par être une hybridation parfaite de deux univers bien différents. Ça commençait plutôt mal, ça finit carrément bien.