Battles – La Bi Chro Ni Que

WARP263_Packshot_240011-1600x1600

Comment c’est-y qu’elle marche cette chronique ?

On a écouté l’album de Battles à deux, et on a, pour ainsi dire, clairement pas le même avis. Tu es un grand fou de JNSPUF et/ou de Battles ? Tu te tapes toutes les petites cases une par une (dans l’ordre que tu veux, on est pas des nazis non plus) et tu connaîtras notre avis sur à peu près tout ce qui concerne cet album. Tu as juste cliqué parce que la pochette était rigolote ? Tu peux choisir ta case, t’instruire avec légèreté et reprendre une activité normale.

D’après toi, pourquoi ce nom d’album aussi foireux ?

Il y a des morceaux biens dans ces 50 minutes de musique instrumentale hyper bizarre ?

Cassius

Je trouve que Battles a le chic pour choisir des noms d’albums qui paraissent dans un premier temps complètement bizarre, puis finalement extrêmement adaptés. Leur premier album, Mirrorred exprimait bien le style construit/déconstruit/expérimental, Gloss Drop, le côté fun et rebondissant. Et pour ce qui concerne La Di Da Di, c’est à la fois rigolo, binaire, répétitif, mais avec l’idée de changement d’une répétition à l’autre. C’est un nom qui évoque une base pop mais sans faire de sens immédiat, ce qui convient somme toute très bien à ce troisième album.

LA question importante : La Di Da Di possède-t-il un morceau de la trempe d’Atlas, ou Futura (dans mon top 3 intemporel des meilleurs morceaux du monde) ? La barre est haute, mais je trouve que Dot Com ou FF Bada sont complètement addictives avec cette alliance made in Battles du gros délire musicologue, à la fois ultra-précis, et incroyablement fun malgré tout.

Marion

 C’est tellement crétin qu’on est obligé de l’analyser pour le comprendre, et on se retrouve à voir la séquence, et à comprendre qu’ils évoquent les loops de manière ludique : high concept ET complètement débile, très approprié. Non, c’est assez tragique. Battles, qui a exploré un territoire très pop sur l’album précédent, a laissé définitivement tomber le chant au risque de laisser certains fans au bord de la route…

S’il fallait retenir un morceau emblématique, ça serait lequel ?

C’est quoi l’obsession de Battles pour la technologie en fait ?

Cassius

Pour moi ce serait la folie de Non-Violence, morceau le plus rentre-dedans et viscéral de l’album, qui répète un motif à l’infini, pour le découper, le disséquer, l’entrecouper en permanence. Fantastique, surprenant, et à mille lieux de ce qu’on a l’habitude d’entendre.

Dans un documentaire publicitaire assez intéressant fait par Ableton (The Art of Repetition), les membres du groupe expliquent qu’ils utilisent la technologie pour composer autrement, et pour casser les codes et les habitudes musicales qui peuvent s’installer après autant de temps passé à composer. Ça rejoint l’idée de Battles qui ferait une musique « futuriste », et ça explique aussi pourquoi, à un concert de Battles, 90% du public est masculin (la fascination socialement construite pour les machines quand tu possèdes un pénis). Il y a de toute évidence une fascination des fans de Battles pour leurs créations musicales très technologiques, très pro-machines.

En tout cas, il est clair que l’hybridation homme-machine, la répétition industrielle, les sons mécaniques, tout ça traverse très fréquemment les disques de Battles depuis le départ, et que c’est un des nombreux intérêts qu’on peut trouver à leur musique. Battles est un peu aux technophiles ce que la Formule 1 est aux passionnés d’automobile en fait.

Et malgré le peu d’amour que je porte à la technologie-qui-sauvera-le-monde, et la déshumanisation évidente et le caractère froid, faux et presque trop facile que peut avoir la création assistée par ordinateur, force est de reconnaître que je n’avais jamais entendu de sons comme ceux qu’on trouve sur Dot Net ou The Yabba, et qu’ils sont extrêmement cools et loin d’être vide de sens émotionnellement.

Marion

Je ne pense pas que ce soit un album à morceaux emblématiques, c’est un peu frustrant, mais ça arrive. Oui, voilà, pareil. Allez voir le documentaire sur Youtube.
Il est mieux ou moins bien que les albums précédents ?

Ce qui te donne faim sur la pochette ?

Cassius

L’éternelle question !
Personnellement, je trouve qu’il est globalement (j’insiste sur ce « globalement ») mieux que leurs albums précédents. Il est clairement rebutant aux premiers abords, puis totalement addictif. Il s’écoute sur la longueur, contrairement aux autres albums que je n’arrivais pas à écouter d’une traite. Il comporte un vrai enchaînement de morceaux variés, avec de très bons titres égrainés tout du long. Mieux en globalité, mais avec sans doute moins de morceaux capables de retourner la table.
Les pancakes. Définitivement.

Marion

 Moi je suis déçue… peut-être que, n’ayant pas de zizi, je suis moins sensible aux prouesses techniques que toi ? Ce que j’ai toujours adoré chez Battles c’est leur capacité à faire des morceaux-bombes avec des mélodies super addictives et des voix hypnotisantes, et ici je reste clairement sur ma faim (voir case d’à coté).  Cette belle tranche de lard. Grrr.