We Are Match – Doux rêveurs en interview

Capture d’écran 2015-12-18 à 14.21.43

Quelques semaines après la sortie de leur premier album, Shores (en chronique juste là), suite musicale d’un premier EP déjà passionnant, on a posé quelques questions à We Are Match pour mieux cerner leur univers. Voici leurs réponses de doux rêveurs.

JNSPUF! : Est-ce que vous pouvez présenter chaque membre du groupe et nous expliquer pourquoi il est important ?

Paco, exigeant avec lui même et avec tout le monde. Au début ça fait un choc parce que c’est un casse couilles mais la musique c’est quelque chose de viscéral chez lui et tout ce qu’il dit est nécessairement pour le bien de chacun et du projet.

Jim le singe batteur, capable de faire une crise d’angoisse s’il n’a pas sa batterie à portée de main plus de deux jours. Il parle peu, il est à fleur de peau, il se marre aux blagues de Gwen.

Aurélien, un espèce de savant fou capable de faire moduler le son d’un harmonium comme un chimiste manipulerait des molécules pour créer une créature de l’enfer !

Simon, Le genre de mec qui ne te laisse jamais écouter une musique en paix parce qu’il trouve ça tellement génial qu’il commente toutes les trois secondes ou qu’il trouve ça tellement nul qu’il hurle en te disant d’arrêter. C’est beau la passion.

Gwen, le mec le plus méticuleusement à l’arrache qu’on puisse rencontrer. Parfois c’est épuisant mais le plus clair du temps il nous fait trop marrer. L’avantage c’est qu’il est tellement détaché de tout que quand il fait de la musique le monde pourrait s’écrouler autour de lui, il ne s’en rendrait pas compte.

JNSPUF! : Comment s’est déroulé l’enregistrement de votre premier album ? Vous avez eu besoin de vous isoler ? De Paris ?

We Are Match : Oui, on a décidé de s’isoler loin de la foule et de la ville. On est partis en campagne dans une maison tous ensemble. Là bas, on a pu faire autant de bruit qu’on voulait, construire un studio fait de bric et de broc avec tous les instruments qu’on collectionnait depuis qu’on est enfants et vivre une expérience un peu radicale. On est devenus un peu fous à la fin pour dire vrai.

JNSPUF! : Comment est-il accueilli pour l’instant ?

We Are Match : Ca nous semble plutôt cool. C’est difficile de répondre à ça car c’est presque s’auto-évaluer. Le seul truc qu’on peut affirmer c’est que notre public est hyper bienveillant avec nous. Si on a le public qu’on mérite, c’est un super bon signe pour nous. C’est très très positif.

JNSPUF! : Est-ce que vous avez changé de manière de composer entre l’EP et l’album ?

We Are Match : On a eu le sentiment d’approfondir nos relations, notre façon de bosser et vivre ensemble. La où l’EP relevait un peu de l’accident, de la rencontre de bons potes qui se connaissaient sans se connaître, « Shores » c’était plus essayer de comprendre ce qui nous arrivait, qu’est ce qui faisait qu’on se retrouvait soudainement tous à vivre ensemble dans une maison en forêt. Notre réponse ça a été d’expérimenter toujours plus, de nous mettre en danger, d’essayer de créer toutes ces couleurs qui nous trottaient dans la tête.

JNSPUF! : Vous avez d’abord sorti un premier EP, puis un EP de remixes, était-ce une volonté de votre part de pousser le côté électronique ou une occasion qui s’est présenté ?

We Are Match : Nos musiques ne nous appartiennent plus à partir du moment où elles sont sorties. On a sorti un premier titre avant notre EP et on a reçu des remixes spontanés de plein de personnes. On a même reçu un remix eurodance. On s’est dit qu’il fallait qu’on exploite ce truc jusqu’au bout. On a demandé à nos potes musiciens de remixer nos chansons, de voir quelle était leur vision de notre musique. C’est une expérience vraiment cool.

JNSPUF! : De manière générale, vous donnez quel but à votre musique ?

We Are Match : On a souvent du mal à parler, transmettre nos émotions, c’est souvent maladroit. La musique nous permet de le faire. Parfois une note, un son ou quatre voix en harmonies valent bien plus qu’un long discours. Ca a le mérite d’être toujours sincère. Mis à part ça, nos sons doivent être porteurs d’espoir. On en a vraiment besoin surtout en ce moment.

JNSPUF : Vous fonctionnez par influences, par styles musicaux, ou juste à l’envie autour de mélodies qui vous parlent ?

We Are Match : C’est assez étrange, c’est une sorte de grand puzzle. On crée une sorte d’atmosphère entre nous où on partage toutes nos idées, nos découvertes… Au moment de créer, tout se met en place par magie, comme si on s’était mis d’accord sur quoi faire de façon tacite. Et du coup les influences sont assez larges, le cinéma, la peinture, les jeux vidéos… Nous sommes de vraies éponges.

JNSPUF! : Vos coups de coeur musicaux récents ?

We Are Match : Le dernier Tame Impala fait l’unanimité, sinon Kendrick Lamar, Beach House, Beirut…

JNSPUF! : Est-ce qu’il est difficile de se faire connaître en France ou à l’international avec des morceaux en anglais ? Est-ce pour cela que vous avez choisi d’enregistrer également un titre en français ?

We Are Match : On a fait notre musique sans trop réfléchir à tout ça. On voulait juste faire ce qu’on aime, sans contraintes. La poésie anglaise nous a toujours fasciné, elle a cette capacité de dire beaucoup de choses en très peu de mots. Notre liberté nous a amené sur le terrain sinueux du français, mais encore une fois, on s’est laissé porter, il n’y avait pas de prétentions particulière, ni de volonté de toucher un public en particulier. On veut juste que tout reste naturel et cool.

JNSPUF! : Les rivages, les requins, l’univers marin vous inspire ?

We Are Match : Lorsqu’on a composé cet album, on se sentait comme des naufragés perdus au milieu d’un immense océan. Shores (les rivages) le titre de notre album, ce sont toutes les fois où nous avons crié ‘’Terre’’ que nous nous sommes raccrochés à une chanson parce que c’était une découverte quelque chose de dingue à explorer. Partant de cette idée, le mythe de la mer a été un peu notre cheval de bataille durant un an et demi. Il y a tellement de choses à raconter qu’on pourrait faire 10 albums à ne parler que de ça. Le prochain sera un peu plus abyssal pour rester dans cette thématique.

JNSPUF! : C’est quoi la question qu’on ne vous pose pas assez ?

We Are Match : Qu’est-ce que vous faites entre vous quand vous ne faites pas de musique ? On joue à Mario Football sur Game Cube et on s’insulte de tous les noms.