Un album raté réussi.

Enfin remis de deux semaines dantesques où j’ai été dans l’impossibilité chronométrique d’écrire une ligne, je reviens dans la place beaucoup plus apaisé et ayant échangé les enjeux géopolitiques contre des préoccupations tennistiques propres à tout mois de mai qui se respecte. Ce n’est cependant pas une excuse satisfaisante au regard de l’effort (surhumain ?)

Greenwood
25/05/2010